L’Evangile du dimanche 3 juillet 2016

par  Sr Marie-Thérèse GUEHO
popularité : 1%

Quatorzième dimanche du temps ordinaire - Is 66, 10-14 ; Lc 10, 1-20
« Je dirigerai vers Jérusalem la paix comme un fleuve » : par la voix d’Isaïe, Dieu invite un peuple découragé, déçu, à relever la tête, à raviver son espérance. Initiative de Dieu. La paix est son œuvre.
Jésus en chemin vers cette ville, dont le nom signifie paix, envoie ses disciples en mission devant lui. Mais en fait son Esprit les précède et a semé le bon grain ! En effet, il les envoie comme « ouvriers pour la moisson », une « moisson abondante ». Les disciples et missionnaires de tous les temps récoltent donc ce qu’un autre a semé… Ils n’ont pas à s’encombrer de bagages, mais à recevoir la paix qui vient de lui, le Christ, et l’apporter dans les villages qu’ils traversent. Ils vont annoncer le Règne de Dieu « qui est tout proche », soigner, guérir, chasser les démons. Certains ne les accueilleront pas, ils rencontreront la haine, l’insécurité, diverses tentations. Cette page d’évangile nous les montre fiers, tout heureux de raconter ce qu’ils ont vécu. Leur joie semble réconforter Jésus, puisqu’il s’émerveille de l’action victorieuse de Dieu en eux et dans les « tout-petits » (10, 21), qui accueillent sa Parole.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-12.17-20

En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.
Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.
Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : “Paix à cette maison.”
S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté.
Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.”
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, allez sur les places et dites :
“Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché.”
Je vous le déclare : au dernier jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville.
Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. »
Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair.
Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire.
Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »


Voir le site : Dimanche dans la ville

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF