L’Evangile du dimanche 24 juillet 2016

par  Sr Marie-Thérèse GUEHO
popularité : 1%

Dix-septième dimanche temps ordinaire – Gn 18, 30-32 ; Col 2, 12-14 ; Lc 11, 1-13
Abraham parle à Dieu comme à un ami, avec insistance, ténacité. Étonnante cette conception des relations entre Dieu et l’homme, plusieurs siècles avant le Christ et qui donne à voir un interlocuteur de Dieu, pouvant intervenir dans ses décisions. Ici, Abraham demande que quelques justes obtiennent le pardon de toute la ville de Sodome.
Les paroles de Paul aux Colossiens, les paroles de Jésus rapportées par Luc nous rappellent qu’en nous donnant Jésus, c’est l’humanité entière que Dieu sauve et c’est ce Dieu-là que nous avons le bonheur de prier. « Notre Père qui es aux cieux… ». Avec Jésus, nous disons « notre » et non « mon » Père, Il nous apprend à nous engager pour le Règne d’un Dieu qui veut la justice, la paix, c’est-à-dire pour que gagne la vie en nous et dans notre monde. Avec Jésus, nous demandons le pain, le pardon, la résistance aux tentations, en disant « nous », et donc au nom de toute l’humanité, au nom de ceux qui n’ont pas les mots, la voix, la force de les dire. Que l’Esprit du Ressuscité nous habite et prie lui-même en nous !

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11,1-13

Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, commeJean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui nous ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation. »
Jésus leur dit encore : « Imaginez que l’un de vous ait un ami et aille le trouver au milieu de la nuit pour lui demander : “Mon ami, prête-moi trois pains,
car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir.”
Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : “Ne viens pas m’importuner ! La porte est déjà fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pasme lever pour te donner quelque chose.”
Eh bien ! je vous le dis : même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.
Moi, je vous dis : Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira.
En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira.
Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ?
ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »


Voir le site : Dimanche dans la ville

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF