Salve Regina, Mater Misericordiae

Nous vous saluons, ô Reine, Mère de miséricorde.
lundi 8 août 2016
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

Elle est bien connue cette antienne, chantée en latin.

Qualifier Marie de mère de miséricorde mérite un instant d’attention. Marie a toujours voulu être discrètement dans l’ombre de Jésus, ne se qualifiant que servante du Seigneur. Le culte qui lui est rendu en Église, est centré sur son Fils, elle n’est qu’en relation avec la Sainte Trinité.
N’empêche qu’à Lantic à Notre-Dame de la Cour, on célèbre la Reine de la Cour céleste. Marie serait donc toute illuminée de gloire ? Le 15 août, la Liturgie nous proposera le psaume 44 « Fille de roi, elle est là, dans sa gloire, vêtue d’étoffes d’or » ! Alors, comment parler de gloire de Marie ? Allons donc à Pellevoisin dans le Berry où Marie est apparue il y a 180 ans.

A Pellevoisin, Marie est priée sous le vocable de Notre Dame de Miséricorde ; en cette année de la Miséricorde Divine, observer les messages de la Vierge donnés à la fin du XIXe siècle à la petite Estelle, est vraiment d’actualité.
Dans sa 5e apparition à Estelle(la voyante) la Vierge lui fait part de sa tristesse : « Ce qui m’afflige, c’est le manque de respect pour mon Fils dans la Sainte Communion ». Notre Dame de Miséricorde montrant ainsi le lien entre Eucharistie et Miséricorde. Et la Vierge d’insister « Du courage, tu publieras ma gloire ».
Ce « Publie ma gloire », dit le Chapelain du sanctuaire, est étonnant parce qu’il est attaché à la Vierge Marie. Nous pourrions objecter que la gloire, c’est d’abord la gloire de Dieu ! Si nous devons être apôtres, nous devons l’être de la gloire de Dieu !
Or, à Pellevoisin, la Vierge Marie dit plusieurs fois à Estelle : « Publie ma gloire », c’est-à-dire :
« Sois témoin de l’amour dont je vis, dont je suis illuminée ». Estelle reçoit donc cette mission, non seulement d’accueillir dans son cœur tout l’amour du Seigneur que Marie lui présente, lui donne et lui révèle, mais aussi d’en être le témoin pour le monde d’aujourd’hui : « Publie ma gloire » et la Vierge de confirmer « Je suis toute miséricordieuse »
L’antienne du Salve Regina est si populaire que ce n’est pas trahir que dans donner la traduction :
Nous vous saluons, ô Reine, Mère de miséricorde, notre vie, notre douceur et notre espérance, nous vous saluons.
C’est vers vous que nous crions, nous, les exilés, fils de la première Eve ; c’est vers vous que montent nos soupirs, nos gémissements et nos pleurs en cette vallée de larmes.
De grâce donc, ô notre avocate, tournez vers nous vos yeux, ces yeux si pleins de miséricorde et faites-nous après cet exil, contempler dans sa gloire Jésus, le fruit béni de votre sein, ô clémente, ô tendre, ô douce Vierge Marie !

Ce Salve Regina qu’il nous plaira de méditer cet été, à l’occasion de nos Pardons Mariaux, avec Saint Bernard nous pourrons dire « Qu’on ne parle plus de ta miséricorde, Vierge bienheureuse, si quelqu’un se rappelle t’avoir invoquée dans ses difficultés dans que tu sois venue à son secours … qui donc pourra, de ta miséricorde, ô bénie, mesurer la longueur et la largeur, la sublimité et la profondeur ? »


Voir le site : Salve Regina

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF