L’Evangile du dimanche 4 septembre 2016

par  Sr Marie-Thérèse GUEHO
popularité : 2%

Vingt-troisième dimanche ordinaire– Sg 9, 13-18 ; Ps 89 ; Ph 10, 12-17 ; Lc 14, 25-33.
Qui peut comprendre les intentions de Dieu ? demande l’auteur du livre de la Sagesse. Mais il répond : « Tu as donné ta sagesse… tu as donné ton Esprit Saint, et nous savons ce qui te plaît ». Sagesse et Esprit saint nous ont été donnés en plénitude en Jésus. Le Tout Autre se fait par lui, le tout proche Nous avons besoin de sa lumière pour « bâtir sur le roc », « prendre la vraie mesure de nos jours », en un mot choisir de vivre en enfants de Dieu. Ainsi, Philémon devra choisir : ou accueillir son esclave, Onésime, comme l’invite Paul, en homme égal à lui en humanité et en frère dans la foi, ou bien lui fermer la porte ou encore le faire condamner puisqu’il s’est enfui de la maison de son maître. Prendre le chemin de Jésus-Christ, suppose le « préférer », selon son expression, c’est à dire : aimer à sa manière, mettant en Dieu notre sécurité dernière, non en nos biens et assurances de toutes sortes, mais en comptant sur la puissance de l’Esprit Saint à l’œuvre en nous et dans le monde.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,25-33

De grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit :
« Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple.
Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple.
Quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne commence par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ?
Car, si jamais il pose les fondations et n’est pas capable d’achever, tous ceux qui le verront vont se moquer de lui :
“Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n’a pas été capable d’achever !”
Et quel est le roi qui, partant en guerre contre un autre roi, ne commence par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui marche contre lui avec vingt mille ?
S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander les conditions de paix.
Ainsi donc, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple.


Voir le site : Dimanche dans la ville

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF