L’Evangile du dimanche 18 septembre 2016

par  Sr Marie-Thérèse GUEHO
popularité : 1%

Vingt-cinquième dimanche – Am 8, 4-16 ; 1 Tm2, 1-8 ; Lc 16, 1-13.
« Vous dites : Nous allons fausser les balances, acheter le faible… ». Actualité du texte d’Amos, le prophète ! En ce jour, nous l’entendons fustiger les vendeurs malhonnêtes qui cherchent à gagner de l’argent, au détriment des plus pauvres, obligés à cette époque, de se vendre comme esclaves pour survivre.
Dans le texte de Luc, nous voyons Jésus louer l’habileté d’un intendant malhonnête ; il veut faire comprendre à ses auditeurs qu’ils doivent mettre en œuvre toutes leurs capacités pour vivre en « enfants de lumière », en enfants de Dieu ! A quoi est employée leur habileté ? Sont-ils ingénieux pour trouver des solutions aux problèmes de leur temps ? L’envie de gagner de l’argent rend tant de personnes très inventives ; Nous voici invités à nous rendre créatifs nous-mêmes, pour que l’argent serve au bien de tous les hommes ! Invités en même temps à prier avec foi, pour tous, comme le rappelle Paul à Timothée. En effet, « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés » ; « chacun de vous est important » a répété le pape François à Cracovie, à la messe de clôture des JMJ.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 16,1-13

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens.
Il le convoqua et lui dit : “Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux plus être mon gérant.”
Le gérant se dit en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte.
Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.”

Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : “Combien dois-tu à mon maître ?”
Il répondit : “Cent barils d’huile.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.”
Puis il demanda à un autre : “Et toi, combien dois-tu ?” Il répondit : “Cent sacs de blé.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu, écris quatre-vingts.”
Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.
Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.
Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande.
Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ?
Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ?
Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »


Voir le site : Dimanche dans la ville

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF