Satan existerait ? Que diable !

jeudi 22 septembre 2016
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

Jadis, pour être baptisé il fallait « renoncer à Satan, à ses pompes et à ses œuvres » ; des prédicateurs ne se privaient pas de brandir les foudres de l’Enfer…
Les temps ont changé ! dans l’Église on ne cite plus le nom du diviseur, cet ange déchu, le tentateur qui incite les hommes à pécher.

On ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu, ni de lapin sur un bateau ! Parler de quelqu’un, lui donnant un nom c’est un peu le faire exister. N’en point parler est peut-être lui faire honneur, comme s’il n’existait pas.
L’exorciste des diocèses d’Ile de France cite, dans La Croix de jeudi, la fameuse phrase de Baudelaire « la plus belle des ruses du Diable est de vous persuader qu’il n’existe pas ! ».

Voilà que le pape François met un peu les pieds dans le plat (comme à son habitude). Il qualifie l’assassinat du Père Hamel de crime satanique. N’avait-il pas déjà parlé du diable au début de son pontificat quand il disait que ne pas confesser Jésus-Christ est une mondanité du diable, du démon ? Le pape croit donc que le diable existe, et il en parle .

Nous attachons à juste titre grande importance à la Liberté ; liberté de penser, de conscience , d’aller et venir, bref de la liberté tout azimut. Chrétiens nous revendiquons cette liberté des enfants de Dieu, mais il ne faudrait pas oublier que l’ange déchu, le diable profite de notre liberté , en fait la licence de faire n’importe quoi. On a parfois dit à la fin du Pater délivre-moi du malin, plutôt que du mal qui est abstrait.

Jésus nous dit l’Évangile a été au désert « conduit par l’Esprit pour être tenté par le diable ». Combien de saints, du Curé d’Ars au Padre Pio, à Sœur Faustine ont été tentés et même agressés par Satan. Les enquêtes sur ces manifestations diaboliques n’ont pas abouti à annuler leur procès de canonisation.

Il est donc opportun de se rappeler en toute humilité que nous ne sommes pas absolument maîtres de nous-mêmes comme de l’univers. Nous sommes responsables de nos actes, mais nous sommes assaillis par un être réel qui est vraiment fort. « On peut tomber » mais par la force de l’Esprit on peut se relever , dit l’exorciste parisien ; et, par la Résurrection, le démon est déjà vaincu ».

C’est bientôt la Saint-Michel, cet archange à l’allure de guerrier qui passe pour être un vaillant soldat qui terrasse le dragon… Et la femme de l’apocalypse qui écrase la tête du serpent. Que voilà d’ardents défenseurs ! N’ayons pas peur, Jésus dit « maintenant le Prince de ce monde va être jeté dehors » (Jn 12/31)

L’Espérance chrétienne, en dépit de toutes les vicissitudes, repose sur le mystère du Christ mort et ressuscité. Face à certaines interprétations erronées du rôle de Satan, les évêques de Toscane, passages empruntés au Nouveau Théo, affirment :
« La démonologie et les problèmes qu’elle pose, bien qu’ils soient graves,ne représentent pas le fondement dans une vision adulte et intégrale de la Foi… Le primat appartient à Dieu, à Son Fils… au Saint Esprit. Satan et ses démons ne sont que des créatures… ils ne peuvent en aucune manière dominer l’âme de l’homme et effacer sa liberté. » (20 Nov 1984.)

Nous sommes en état d’urgence et cette année de la Miséricorde nous assure d’un insondable pardon. ; alors résistons au démon dans la force de la Foi ; c’est ce qu’on chante aux Complies :
« Fratres, vigilate,quia adversarius vester diabolus, tamquam leo rugiens circuit, quaerens quem devoret » [1].
Saint Michel, priez pour nous !


Voir le site : Saint Michel et le Dragon

[1Veillez car le diable comme un lion rugissant cherche à vous dévorer


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF