L’aide à l’Église en détresse

lundi 3 octobre 2016
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

Dans de nombreux pays, l’Église ne bénéficie pas de moyens matériels suffisants pour exercer sa mission. Au nom de l’A.E.D. (aide à l’Église en détresse), le père Wasik est intervenu, début septembre, durant les messes de St Laurent et de Pordic.

 Père Wasik, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis d’origine polonaise, j’ai été ordonné en 1972 dans le diocèse de Tarnow où je suis encore incardiné. Je suis un ami du père Popielusko, prêtre martyre que j’ai connu à l’occasion du service militaire obligatoire et spécifique, imposé aux séminaristes. Après 5 années passées en Afrique, je suis venu en France pour me mettre au service de l’Aide à l’Église en détresse, en 1983.

 Quelle est la mission de l’A.E.D. ?

Père Wasik
Père Wasik

L’A.E.D. est présente comme Simon de Cyrène sur les chemins de la Croix. L’Aide à l’Église en Détresse a été fondée en 1947 par le père Van Straaten, religieux hollandais. C’est une association catholique internationale soutenue par le Saint Siège. Sa mission est « de promouvoir des actions en faveur de l’Église là où elle est persécutée et où elle rencontre des difficultés dans l’accomplissement de sa mission ».
C’est une présence spirituelle et un épaulement matériel dans la fidélité à l’Évangile pour faire connaître les messages du Christ dans les contextes les plus difficiles où les chrétiens sont en détresse. Dans une cinquantaine de pays, les chrétiens subissent une persécution sanglante, particulièrement par les islamistes. Il y a aussi des situations où les non-chrétiens sont dérangés dans leur découverte de Jésus.
L’aide de l’A.E.D. répond aux besoins des Églises locales les plus souffrantes ou les plus démunies dans 140 pays du monde. Chaque année, l’A.E.D. reçoit des évêques et des congrégations religieuses du monde entier environ 7 000 appels à l’aide.
J’interviens dans toute la France pour faire connaître l’A.E.D. par des conférences, dans les écoles, les paroisses, les communautés religieuses, à l’aide de films, de documentaires… Ce sont des sujets dont on ne parle pas dans les médias.

 Concrètement, comment se manifeste l’aide de l’A.E.D. ?

Nous participons par exemple à la formation des candidats au sacerdoce. Nous soutenons ainsi 10000 séminaristes futurs prêtres et 10000 futurs religieux qui manquent de moyens matériels. Nous aidons de façon concrète les réfugiés, les expulsés, les chrétiens chassés d’Irak, de Syrie, du Nigéria.
Nous avons une approche très spécifique. Nous aidons les chrétiens là où ils se trouvent, dans leur pays d’origine, plutôt que d’aider les migrants vers l’Europe. Nous sommes très présents au Liban qui accueille plus d’un million de réfugiés syriens, mais aussi à Mossoul ou Erbil en Irak, où nous intervenons dans la construction de logements, d’écoles, de centres de catéchèse.
Nous sommes présents en Inde pour aider les vocations. Mais aussi en Afrique, en Amérique latine ou en Russie pour aider la production d’émissions religieuses à la radio. En Chine, nous cofinançons l’impression de la Bible…. Nous sommes le porte-parole de toutes ces Églises en difficulté auprès des nations libres. Nous témoignons de leur étonnante vitalité et nous essayons de limiter leurs difficultés matérielles.

 Quelles sont les ressources de l’A.E.D ?

Nos ressources reposent sur les dons des fidèles. 600 000 chrétiens dans le monde (dont 70 000 en France) s’associent à la mission de l’A.E.D. et participent à sa triple action de solidarité spirituelle, d’information et de partage avec les Églises souffrantes. Nous participons au financement de la publication de livres contenant les témoignages de chrétiens de ces pays afin que leur situation soit mieux connue dans les pays occidentaux.

 Avez-vous un message particulier à nous transmettre ?

Au mois de juillet dernier, j’ai participé, en tant que polonais, à l’accueil de 530 jeunes français JMJ dans ma paroisse d’origine, près de Cracovie. J’ai découvert chez ces jeunes un grand enthousiasme, une grande foi, un élan vers les autres.
Mon souhait c’est que cet enthousiasme soit partagé par les adultes et les aînés, ici en Bretagne. Vous vivez dans une terre de christianisme. Ne soyez pas intimidés, parlez de Dieu en prenant exemple sur ces jeunes JMJ, par la prière, le partage, la bonté, l’amour du cœur.

Contact :
A.E.D. 29, rue du Louvre CS 30 057 78750 Mareil-Marly
Tél 01 39 17 30 10


Voir le site : L’Aide à l’église en détresse

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF