Il n’ y a pas que des « pourris » en France

lundi 17 octobre 2016
par  Elie GEFFRAY
popularité : 1%

Même si vous êtes très fort en « histoire-géo », il y a de fortes chances pour que vous n’auriez pas su situer Saint-Étienne-du-Rouvray, sur une carte, jusque il y a seulement trois mois et demi.

Depuis le 26 juillet, cette commune de Seine-Maritime (presque 28 000 habitants), est entrée tragiquement dans l’actualité. Un prêtre âgé, Jacques Hamel, est assassiné par deux jeunes djihadhistes. Vous connaissez l’évènement. Il se trouve que dans cette ville, il y a une mosquée construite sur un terrain offert par la paroisse catholique, et que ces deux lieux de culte sont voisins et coopèrent. L’abbé Jacques Hamel et l’immam Mohammed Karabila sont des amis.
Ils siègent au comité inter-confessionnel, avec le Conseil Régional du culte musulman. Le maire communiste Hubert Wulfranc, très ému, a fait l’éloge du prêtre, et souligné la fraternité installée entre les diverses religions existantes, et ceux qui n’ont pas de religion. Après la réouverture de l’église, le 2 octobre dernier, la population interrogée par des journalistes, a dit que ce drame avait renforcé la solidarité locale.
Quant à Ballenaves, dans l’Allier, inutile de vous poser la question. Commune inconnue au bataillon. Vous pensez ! Un bled rural de 1000 habitants qui ne réussit plus à engager une équipe B en championnat du district de football, faute de combattants. C’est pourtant chose faite, depuis le début de cette saison, grâce à l’apport de jeunes joueurs migrants, recrutés par l’animateur du club , Dominique Ferrandon, sur les conseils d’une animatrice du CABA local ( centre d’accueil des demandeurs d’asile), et encouragé par le maire Dominique Bidet ( un agriculteur).
Et c’est ainsi que Nader, originaire de Kaboul, a pu chausser les crampons pour défendre les couleurs de sa commune d’accueil, tandis que le soudanais Abdihullah marquait deux buts lors du 1er match . Au final, défaite honorable par 4-3. Mais grosse victoire morale pour l’équipe et toute la localité de Ballenaves qui, du haut de ses 1000 habitants, reçoit et accueille une vingtaine de réfugiés, et les intègre au mieux.
Quand vous en avez marre des propos racistes, haineux, xénophobes, populistes, égoïstes, souvenez-vous de Saint Etienne du Rouvray et de Ballenaves.
Et dites-vous bien qu’il n’y a pas que des « pourris » en France.

Elie Geffray


Commentaires

Il n’ y a pas que des « pourris » en France
lundi 17 octobre 2016 à 09h10 - par  Jef Philippe

Merci, Elie, pour cette mise au point roborative !

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF