L’impossible perfection ?

jeudi 17 février 2011
par  Marie-Aimée ROUAUX
popularité : 2%

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait  » (Mt 5,48).

Un jeune homme épris d’un grand désir de Dieu va trouver Jésus et lui dit :
« Maître, que dois je faire de bien pour avoir une Vie Eternelle ? »…

Jésus lui dit : « Si veux entrer dans la vie, garde les commandements ».

« Lesquels ? » lui demande-t-il.

Jésus lui énumère les principaux commandements de la Torah (Ex 20,12-16 ; Lv 19,18 ; Dt 5,16-20). Le jeune homme alors lui dit :

« Tout cela, je l’ai observé. Que me manque-t-il encore ? »
Jésus lui déclara : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, et donne le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis, viens, suis-moi ! ».

Or le jeune homme entendant cette parole s’éloigna tout triste car il avait de grands biens » (Mt 19,16-22).

L’impossible détachement rendrait-il impossible le chemin vers la perfection ?
Pourtant, Jésus dit - c’est encore dans l’Evangile selon Matthieu en 5,48 - :

« Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ! »

Ce jour où cette parole a été prononcée, Jésus avait réuni ses disciples auprès de lui sur la montagne pour les enseigner. ll y avait aussi une grande foule.

Jésus sur la montagne de Carl Bloch (1834–1890)
Jésus sur la montagne de Carl Bloch (1834–1890)

Matthieu retranscrit, dans un seul discours, les paroles de Jésus sur 47 versets du chapitre 5. C’est d’abord l’annonce d’un bonheur, ce que nous appelons les Béatitudes, qui concerne tous ceux qui pratiquent des vertus à contre courant des valeurs superficielles du monde, puis il rapporte les paroles de Jésus sur certains comportements, à l’égard du méchant, des ennemis etc… Jésus concluant ainsi :

« Si vous aimez ceux qui vous aiment quelles récompenses avez-vous ? Est-ce que les publicains aussi ne font pas la même chose ?…

Que faites vous en surabondance ? » …

« Vous donc, ajoute Jésus à ses disciples, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ! ».

C’est une exigence de Jésus de le suivre dans ce mouvement vers la perfection. C’est faire des choix, choix de vie, mais aussi choix des décisions de chaque jour.

L’impératif du verbe être peut être un futur : « Vous serez parfaits si … Le « si » se rapporte à tout ce que Jésus a mis dans son enseignement pour la conduite, voire l’ascèse d’une vie.

Il ne faut pas évidemment prendre le terme de perfection au sens commun de ce qui est sans défaut, sans tâche, sans reproche… comme une copie vierge, mais le situer comme un appel à une voie de sainteté, à une vie en devenir, en progrès, en accomplissement progressif de soi …

« Etre parfaits, comme le Père céleste est parfait », c’est entrer avec le Christ, comme maître intérieur, dans cette dynamique d’amour qui donne du sel à la vie.

Il ne s’agit pas vraiment d’une imitation de la perfection du Père, tel que ce « comme » de la Parole pourrait le laisser croire : « Soyez parfaits comme… », mais plutôt, de recevoir de sa sainteté même, cet appel à progresser dans l’amour, ce qui suppose un détachement de certains biens pour faire place aux biens essentiels qui demeurent et sont sources de joie.

Par notre seule volonté nous ne pouvons pas accéder à l’impossible perfection humaine, mais l’Esprit du Père et du Christ supplée à nos insuffisances pour, qu’au-delà de nos imperfections, nous goûtions, les uns par les autres, à la surabondance de son amour.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF