« Cultiver l’espérance au cœur des réalités humaines »

jeudi 1er décembre 2016
popularité : 1%

A la mi-temps du synode diocésain, six mouvements d’Action Catholique se sont unis pour construire ce temps fort à Saint-Brieuc.

L’animation et les témoignages ont donné le ton de la rencontre. Le monde du travail rejoint par les mouvements, a été diversement évoqué : Arnaud a relaté une action de la JOC « perm d’été » pour rencontrer des jeunes saisonniers et les alerter sur leurs droits dans leurs boulots d’été. Une salariée de la Cooperl, invitée par l’ACO, a témoigné des méandres de son engagement syndical avec ses compagnons de chaîne à l’abattoir et du défi relevé d’une action collective en intersyndicale.

Trois agriculteurs en activité nous ont dit qu’ils atteignent les limites du possible autant physiquement qu’ économiquement, les incohérences des mesures prises pour orienter la profession, le doute à l’heure de la transmission …Le message du CMR venait compléter : « relier agriculture et alimentation pour que tous les citoyens se sentent concernés et prennent leurs responsabilités, là où ils sont insérés »…

 Ouverture aux autres

D’autres témoignages portaient sur des réalités de mouvements : Hélène a expliqué comment elle rassemble des enfants non catéchisés par une activité cuisine ; une dynamique est née au fil des ans autour d’une messe pour la fête de Noël. Elle a terminé par un vibrant appel à faire exister davantage l’ACE dans le diocèse.
Mélina a croisé le MRJC par hasard après sa profession de foi : un camp, puis une formation BAFA , maintenant elle anime une équipe. Elle s’étonne elle-même du chemin parcouru : « j’étais dans la timidité et l’isolement, je me suis ouverte aux autres. C’est une continuité dans ma foi personnelle. Le MRJC est arrivé au bon moment » … Marie-José a développé l’initiative de l’ACF sur la place des femmes dans l’Église : comment des murs de paroles, dans toute la France à l’occasion de la journée de la Femme ont donné matière au « plaidoyer », document remis aux évêques pour alimenter la réflexion de la CEF…

Un échange en groupes permettait ensuite l’expression des participants et visait aussi à ressaisir cette culture de l’espérance, dont nous cherchons les signes autour de nous. Armand Guézingar, prêtre Finistérien, enseignant, nous a apporté le regard du pape François, prenant appui sur ses deux discours aux mouvements populaires. « Le pape François a une vision du monde à travers ce que vit la périphérie… Il dénonce la spéculation, l’accaparement des terres… Les pauvres subissent des injustices , mais sont aussi des lutteurs. La solidarité est vitale. Les mouvements populaires sont moteurs dans l’histoire. Ils engagent des processus »

 Des réactions

« Quand on parle des périphéries, il ne s’agit pas que des villes, le rural est concerné aussi ». « Quand le pape soutient les mouvements populaires, n’engage-t-il pas aussi l’Église dans sa démarche ? ».
Des réflexions à peine ébauchées, que le temps spirituel est venu ouvrir à la prière. Mgr Moutel a remis leur lettre de mission aux trois nouveaux membres de l’équipe d’aumônerie diversifiée du CMR. Environ 80 personnes ont partagé le plaisir de cette rencontre intergénérationnelle d’acteurs en Église et en mouvements.
Annie Le Mercier CMR22


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF