Homélie du jeudi 8 décembre 2016

Fête de l’Immaculée Conception et 350e anniversaire de la naissance de Marie Balavenne
par  Roland Le GAL (Abbé)
popularité : 1%

En célébrant ce soir la fête de l’Immaculée conception de la Vierge Marie, le Dieu Père de Jésus le Christ nous adresse un double message.

« Nous sommes devenus le domaine particulier de Dieu »
C’est dans notre histoire personnelle et commune que Dieu vient nous rencontrer et se dire. En effet, par la venue de Jésus-Christ dans notre histoire, par la venue de cet homme comme chaque être humain qui naît d’une femme, Dieu a fait de notre corps le terreau pour ensemencer sa Parole. Cette Parole de vie, cette Parole faite chair, qui prend forme et vie dans le corps de la Vierge Marie, la jeune fille de Nazareth, est cette Parole qui continue de nous rejoindre au cœur de nos obscurités et de nos lumières. Cette Parole vient de l’intérieur mettre en lumière la vérité de notre être : un être qui ne peut exister qu’en relations c’est-à-dire tourné vers les autres et tourné vers l’Autre qui lui donne la possibilité de donner de l’ampleur et de l’épaisseur à toute notre existence.
Par l’appel que Marie Balavenne et Renée Burel ont entendu afin de se mettre au service des démunis, des enfants, des personnes malades, elles ont, au cœur d’une période de profonds bouleversements (fin du 17e et début du 18e siècles), répondu par une vie communautaire et de charité, par une mise en actes de l’Évangile, acceptant de sortir d’elle-même pour aller aux périphéries de l’existence et rencontrer en chaque personne le visage du Christ/Serviteur.

« Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole »
C’est par le don de sa Parole qu’il fait de chacun de nous, des serviteurs de l’Évangile. La fille de Nazareth est bousculée, retournée, bouleversée par les paroles de l’Ange. Dieu l’a choisie pour porter en son sein cet être humain qui est déjà l’Homme-Dieu. Au cours d’un long cheminement, elle adopte peu à peu l’attitude de la servante. Elle s’abandonne entre les mains de Dieu pour lui permettre de réaliser son projet : rétablir cette relation d’alliance et de vie entre le monde du ciel et le monde de la terre. Jésus devient le trait d’union que Dieu nous donne par Marie pour que la Parole porte du fruit, pour que la Parole prenne chair de notre chair.
En se consacrant à l’Esprit Saint, à ce souffle de Vie, à ce souffle de Dieu, Marie Balavenne et Renée Burel, ces 2 femmes plérinaises, se laissaient emportées par le flot des vents pour vivre une aventure qui s’enracine dans leur foi au Dieu de Jésus-Christ, dans le mystère de la passion/résurrection de Jésus, dans l’harmonie retrouvée du jour de la Pentecôte. Se laissant porter par le vent de l’Esprit, elles deviennent servantes de la Parole, de cette Bonne Nouvelle qui permet au pauvre de retrouver sa dignité, à l’enfant de bénéficier d’une éducation et d’un horizon d’avenir, aux malades d’être soignés et de recouvrer la santé. Par cette mission, accompagnée par Jean Leuduger, elles faisaient œuvre de miséricorde en permettant à Dieu de se faire proche des blessés de la vie et des plus petits, des plus fragiles.
Aussi, ce soir, rendons grâce pour l’intuition de Marie Balavenne et Renée Burel, pour leur volonté à faire fructifier leurs dons reçus à leurs baptêmes, et pour les bienfaits que nous recevons aujourd’hui par toutes celles qui, à leur suite, ont répondu à cet appel à servir dans une vie communautaire et un esprit de charité. Rendons grâce également, à l’intercession de Marie, Notre Dame d’Espérance, pour tous les efforts accomplis chaque jour en faveur d’un plus de vie, d’un plus d’humanité, d’un plus de fraternité.


Documents joints

PDF - 157.3 ko

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF