L’Evangile du 26 février 2017

par  Jean-Marie RABAIN
popularité : 1%

8è dimanche du T.O. [A]

Is 49,14-15. / Ps 62(61),2-3.8-9. / 1 Co 4,1-5. / Mt 6,24-34.

« Serviteurs et intendants des mystères de Dieu. » Paul nous éclaire sur la condition des apôtres. Un intendant doit rendre des comptes, il n’est pas propriétaire du message et ses vues personnelles ne peuvent aucunement le modifier. Des jugements portés sur le serviteur, seul un seul importe : le jugement de Dieu, parfait et définitif. « Il mettra en lumière ce qui est caché. »
Il reste un choix majeur à faire : Choisir entre Dieu et l’Argent. Peut-on vivre sans Dieu ? Peut-on vivre sans argent ? Jésus ouvre une perspective : « Cherchez d’abord son Royaume et sa justice et tout vous sera donné par surcroît. » Pour nous aider à choisir, l’image des oiseaux et du lis des champs nous indique une posture. Tel l’oiseau ou le lis qui vit sa vie sans se soucier de sa parure, l’homme cherchera à accomplir durant sa vie tout ce qu’il est appelé à vivre et à réaliser. Mieux vaut laisser le lendemain s’inquiéter de lui-même. C’est la meilleure manière d’assumer le présent, d’être soi-même bien présent au monde et de s’y engager. Le Royaume se construit par l’effort, avec Jésus pour guide, le saint Esprit comme inspirateur, et les Béatitudes comme programme. Il se construit avec la complicité de Dieu, dans la confiance et l’espérance.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,24-34

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent.
C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?
Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ?
Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas.
Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux.
Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?
Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?”
Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin.
Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît.
Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »


Voir le site : Dimanche dans la ville

PS :

Illustration : Jardinier de Dieu


Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF