Dieu dit, et il fait

samedi 12 mars 2011
par  Bernard BLOYET (abbé) (†)
popularité : 1%

9e Dimanche du temps ordinaire A
Homélie du Père Bloyet

Tant qu’elle nous arrange ou dit ce que nous aimons entendre dire, l’Écriture ne nous dérange pas. Mais à certains jours, elle se fait rebelle, mettant le doigt, là où ça fait mal. La parole de DIEU remet notre vie, notre conduite en question.

Nous allons utiliser successivement deux des lectures que nous avons lues, pour notre réflexion : Les extraits du Deutéronome et l’Évangile Ces deux lectures sont complémentaires et utilisent les mêmes mots : les commandements et la loi. Ce sont des mots bibliques par excellence que l’on ne peut changer, même si leur sens, dans le langage courant, s’est modifié au cours des siècles. Les mots s’usent avec le temps

Le mot « commandement » nous rappelle la caserne où l’image de l’adjudant hurlant ses ordres est restée dans notre imaginaire.

Le Commandement, au sens biblique, est tout autre. C’est le commandement de Dieu, de Dieu qui est amour. L’amour ne donne pas des ordres. Il suggère, il propose des conduites, des attitudes qui sont des réponses de l’amour de l’homme, à l’amour de Dieu.

Le terme loi, de nos jours est lié aux lois votées par un parlement. Ce sont des textes qui obligent la population d’un pays à appliquer des attitudes, payer des taxes, respecter des directives sous peine de sanctions. La loi de Dieu, au sens biblique est une loi d’amour. Elle n’impose rien, elle ne prend pas de sanctions. L’amour n’impose rien, il donne simplement une direction à prendre, une conduite à suivre, si on veut répondre à cet amour.

Dans la première lecture, Moïse présente les commandements avec clarté : « Les paroles que voici, mettez-les dans votre cœur, attachez-les à cotre poignet, comme un signe, fixez-les comme une marque sur votre front ! » Il s’agit du décalogue, traduit fréquemment par les dix commandements. Décalogue veut dire : les dix paroles.

Dieu, lui, est parole et acte ensemble.

  • Il dit et il fait
  • Il fait en disant
  • Il dit en faisant

Cette réalité est illustrée dès le début de la Bible, dans la Genèse, dans le récit imagé de la Création de l’Univers et de l’Homme. Dieu dit : « Que la lumière soit, et la lumière fut » Chacun des jours de la création est ponctué de la même manière. Dieu dit, et la réalité surgit, confirmée par le Créateur : « Et Dieu vit que cela était bon ».

Prenons conscience de la toute-puissance de la Parole de Dieu. Ce qu’elle dit, elle le fait. Ce qu’elle réalise, c’est ce qu’elle a dit. Vérité, Authenticité de la parole de Dieu.

Chez l’homme il y a des paroles en l’air. Chez Dieu il ne peut y avoir que des paroles en acte. La parole humaine peut n’être que du vent. Celle de Dieu agit.

Ainsi toute parole divine retentit comme une exigence, un commandement d’amour offert à tout homme, libre de l’accueillir ou de la refuser. La foi c’est la réponse libre de l’homme à l’appel divin. Une réponse qui engage l’être tout entier à faire la volonté de Dieu.

Dans l’Évangile de ce jour, Jésus évoque l’homme qui parle, qui supplie : « Seigneur, Seigneur ! » mais qui ne fait pas. Il évoque le prédicateur, qui comme moi aujourd’hui parle en son nom, et ne fait pas toujours, ce qu’il propose. Il fait de son mieux.

Pour entrer dans le Royaume de Dieu, il faut faire la volonté du Père, répondre à ses souhaits d’amour. Dire et faire ne fait qu’un pour Dieu. Qu’il en soit ainsi pour nous, pour tous les hommes !
Il faut avouer que notre époque est marquée par l’individualisme. Nous n’aimons pas recevoir d’en haut, d’un autre, ce qui est donné à croire et à faire sur cette terre. Nous sommes susceptibles et voulons garder jalousement notre liberté, refusant de nous engager, de peur de la diminuer. C’est pourquoi il nous arrive de dire, et de ne pas faire, mais aussi de faire ce qui est à l’opposé de ce que nous disons !
L’avertissement de Jésus vise « Ce jour-là », le jour de la rencontre avec lui à l’entrée dans le royaume invisible des Cieux. Il ne suffira pas alors de « dire ». Sinon les « beaux parleurs » et les beaux « prieurs » s’en tireraient à bon compte. Il faudra répondre des actes de la vie, déposer le bilan de ce que l’on a fait, après avoir écouté la voix de la conscience. Pour les croyants de toutes religions, les appels religieux de leur famille spirituelle, pour les chrétiens, la voix de l’Évangile.

Ce sera l’heure de vérité. Ce sera aussi l’heure de l’amour !


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF