Et alors ?

jeudi 16 mars 2017
par  Kerprat
popularité : 2%

Quelle réponse lapidaire à ceux qui osent poser une question embarrassante !

En fait, alors ne donne pas de réponse, mais renvoie à la question jugée impertinente. Alors est un argument empreint d’indifférence, de morgue, en tout cas d’indignation.
Certains y voient un argument d’autorité, plus expéditif que « de quoi je me mêle ? ».

Jadis César (Jules le Grand) pour justifier la réputation soupçonnée de sa femme Pompeïa, ou justifier sa propre décision dit « il n’est pas permis de soupçonner la femme de César ». Du moins c’est ce que rapporte Plutarque. Non licet !
Quand on exerce le pouvoir, il n’est pas permis aux subalternes, au vulgum pecus [vulgum pecus, troupeau servile, commun des mortels.], d’émettre un jugement sur le haut de l’échelle … Le pouvoir serait sacré et donc tout ce qui touche au Prince, sa femme, ses costumes ,etc… ?

Plus récemment, François 1er inventa une formule qui devait être apposée aux bas des ordonnances « car tel est notre bon plaisir ». Elle fut ainsi reprise par ses successeurs.

Jadis Cincinnatus, remercié, retourna à sa charrue, Churchill à sa peinture, de Gaulle à la lande irlandaise, laissant leur costume chamarré de médailles et d’honneur à leur ancien palais. Désormais les grands de ce monde sont exposés, regardés et donc jugés. On parle de transparence, de démocratie. Le roi est nu !

La responsabilité d’un chef lui confère une autorité. L’exercice du pouvoir n’est plus solitaire, l’État ce n’est plus Moi, mais il suppose une réserve, une distanciation qui lui permet de voir le forum de plus haut. Quand on est en-haut, on voit plus loin ; tout en s’attendant à ce que quand même l’opinion publique s’exprime.

Et alors ! Le mot ne sied pas dans la bouche du Prince, mais doit revenir en écho depuis la base. Le Renard dit au Petit Prince « tu es responsable à jamais de ce que tu as apprivoisé »
On pourrait transposer, responsable de ceux qui t’ont élu, et donc de tes promesses.

J’entends déjà le cri du peuple « et alors ? elles viennent ces actions promises ? »
Car les gens du peuple, eux, ont droit à l’espoir, à l’aplomb face à celui qu’ils ont élu ?


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF