Comme le temps passe !

lundi 1er mai 2017
par  Yves CORBEL (Abbé)
popularité : 2%

Comme le temps passe ! Réflexion souvent entendue. Le temps, c’est la durée déterminée par nos montres et nos calendriers. Des siècles à l’avance les savants peuvent annoncer les dates. La durée du temps est une horloge infiniment précise.

Comme le temps passe ! Mais la durée est très variable. Quand on souffre, comme il nous paraît long ; quand tout va bien, la santé, le travail, les amis, comme on voudrait que cela dure ! Nous ne sommes pas les maîtres du temps. Il avance de manière inexorable. « Ah, si l’on pouvait arrêter les aiguilles ! » chantait jadis Berthe Silva.

Comme le temps passe ! Enfant, il nous paraît une éternité, mais plus on avance en âge, plus il passe vite. Les jours, les mois, les années filent et nous n’y pouvons rien. Il n’y a pas de retour en arrière. Ce qui est le plus dur quand on perd un être cher, un parent, un ami, c’est de savoir que nous ne verrons plus son visage, que nous n’entendrons plus sa voix. Il n’est plus là… la page est tournée définitivement.

Comme le temps passe et passe vite, autant le mettre à profit en étant utile aux autres. Comme ces parents qui travaillent pour gagner le pain quotidien, comme tous ces bénévoles qui donnent de leur temps pour qu’il y ait plus de fraternité et moins de solitude ; comme les grands parents qui aident leurs enfants et accueillent leurs petits enfants.
Avoir une vie utile n’est-ce pas le cas de cette « armée » de bénévoles qui donnent de leur temps et de leur cœur au service de leur communauté paroissiale, sans quoi l’Église pourrait plier bagage ?

Puissions-nous dire de nous « il est passé en faisant le bien ».
C’est d’ailleurs ce qu’on a dit de Jésus qui a tout donné pour nous jusqu’au don total. Dans la Foi, nous croyons que Jésus qui a aimé comme jamais personne n’avait aimé, est passé de ce monde à son Père. En se levant du tombeau au matin de Pâques, il nous a ouvert la porte de la vie, pour toujours. Il a ainsi accompli sa Pâque.

Au moment où il quitte le monde, il promet à ses amis les apôtres, bien tristes de son départ, « je pars vous préparer une place et là où je vais, vous y serez aussi ».
Comme le temps passe et nous passons. Nous sommes des passagers en marche, non vers le néant, mais vers la Vie, vers Dieu de qui vient la vie et à qui retourne la vie.

C’est cela L’Espérance chrétienne.


Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF