Voyage à Taizé pour les 15-18 ans

Retour sur le pélerinage Taizé d’avril 2017
lundi 19 juin 2017
popularité : 1%

17 avril, 6h, deux bus de Lannion et Saint-Brieuc partent en Bourgogne avec à leur bord une soixantaine de jeunes pèlerins de 15 à 18 ans.
Après un voyage de 10h, nous arrivons dans le petit village de Taizé, surmonté d’une colline où se tient un monastère assez particulier abritant la communauté œcuménique de Taizé.

Des frères protestants et catholiques vivent ici depuis des années. Ils accueillent tous les ans des milliers de pèlerins venus de toute l‘Europe. Majoritairement des Allemands et des Français. Nous étions répartis entre les 15-16 ans d’un côté et les 17-18 ans de l’autre. Ayant 17 ans je parlerai plus de mon expérience dans cette tranche d’âge.
Au début du séjour, nous nous sommes inscrits à des « Working teams ». Ces équipes d’une quinzaine de personnes d’origines différentes avaient comme mission l’entretien du lieu, la cuisine, la vaisselle, la préparation et le rangement de l’église…
Avec deux amies de Lannion nous avons fait le « Big Washing Up » qui consistait à laver les énormes plats et casseroles à coup de jets et d’éponges. Cette tâche qui paraissait assez laborieuse au début, nous as finalement bien fait rigoler. En effet, nous étions avec des Allemands et un chef mexicain qui cherchaient tout le temps à embêter les « petits » Français. Notre job finissait finalement à chaque fois en grande bataille d’eau dans les cuisines. Cette tâche était quotidienne et matinale.
Dans la journée, un temps de partage biblique nous était proposé à 15h pour partager sur un texte avec d’autres personnes de nationalités différentes ou de religions différentes. Les journées étaient aussi ponctuées de temps de prière ; un le matin, un à midi et une veillée de 20h00 à 23h30 le soir.
Les prières de Taizé sont uniques ; ce sont des chants de quelques phrases dans toutes les langues que l’on répète à l’unisson avec les frères et les quelques centaines de pèlerins. C’est une forme de prière magnifique permettant vraiment d’être à l’écoute de son cœur. Je me suis rendu compte là bas que l’œcuménisme est une grande richesse. Nous avons pu partager notre foi avec des protestants avec lesquels on a prié ensemble malgré les différences mais en ayant tous Christ comme Sauveur, comme disait une des protestantes d’Amiens.
J’étais parti avec un groupe d’amis de Lannion, rencontrés aux JMJ de Cracovie. Nous sommes devenus très proches et Taizé nous a permis de repartir tous ensemble en pèlerinage dans la joie et la bonne humeur !
Pour conclure, ce séjour nous a beaucoup apporté que ce soit spirituellement, socialement mais aussi et beaucoup dans la connaissance de soi et des autres.

Jean Motte


Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF