Bienvenue à l’abbé Jean-Marie Kapata - (2)

lundi 10 juillet 2017
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

A partir du 10 juillet et jusqu’au 30 juillet la paroisse Notre Dame de la Mer accueillera l’abbé Jean-Marie Kapata.

 Père Jean Marie Kapata, pouvez-vous présenter ?

J’ai 60 ans, je suis né à Léopoldville (République du Congo) et j’ai été ordonné prêtre en 1988 à Brazzaville. Après mon ordination, j’ai travaillé dans mon diocèse pendant 11 ans, comme vicaire puis comme curé. En 2000-2003, mon évêque m’a envoyé en études à l’Université Catholique de Louvain en Belgique. J’y ai fait ma licence en théologie pastorale. Puis, mon évêque m’a autorisé à travailler dans une paroisse belge. Compte tenu de la pénurie de prêtres, j’ai été curé 6 ans en Belgique (2004-2010) où j’ai obtenu la nationalité belge. Fin 2010, j’ai manifesté à mon évêque le désir de rentrer dans mon diocèse. J’ai reçu une nouvelle mission au Grand duché de Luxembourg où je travaille comme prêtre missionnaire.

 Quelle est votre mission au Luxembourg ?

Comme prêtre missionnaire dans une communauté paroissiale située au centre du Luxembourg, où se trouvent 22 églises, ma mission consiste à évangéliser mes paroissiens à travers les célébrations de l’Eucharistie, des sacrements (baptêmes, mariages, obsèques), l’enseignement de la catéchèse et la visite des malades. Tout ceci se fait en luxembourgeois, malgré les difficultés de l’apprentissage de cette langue, mais avec la grâce de Dieu, on se débrouille.

 Qu’avez vous découvert de la Foi et de la manière de vivre en chrétien en Europe ?

Depuis 17 ans que je vis ici en Europe, je découvre que le peuple européen a une foi solide en Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit et essaie de vivre les valeurs évangéliques, en pratiquant la diaconie, le partage, la charité, l’accueil des étrangers, l’aide aux personnes les plus démunies.
Ce n’est pas la première fois que je viens en Bretagne, je suis venu en pastorale d’été deux fois à Pléneuf Val André. Durant l’été 2016, j’étais dans la paroisse de Callac. Vous avez une belle région et je me sens dans mon assiette chez vous car je parle le français. Ici au Luxembourg, ce n’est pas facile d’apprendre et de parler luxembourgeois.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF