L’Evangile du 15 août 2017

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, patronne principale de la France
par  Jean-Marie RABAIN
popularité : 1%

Assomption de la Vierge Marie
Apoc. 11,19a.12,1-6a.10ab. / Ps 45(44),11-12a.12b-13.14-15a.15b-16. / 1 Co 15,20-26. / Lc 1,39-56.

La 1re lecture et l’évangile ont en commun d’annoncer les prémices d’une ère nouvelle. Nous passons d’une vision fantastique à la rencontre illuminée de deux femmes. La naissance de l’enfant, futur berger des peuples, inaugure le combat entre l’Envoyé de Dieu et les puissances du Mal. Paul nous rappelle aussi que le Christ « prémices » a ouvert le chemin de la Vie, la voie de Dieu. Il est prémices de tous ceux qui croient en lui et sont ouverts à la force créatrice de son Esprit d’amour. Si cette force vient de Dieu, il faut encore que ce don soit accueilli par l’homme. Marie est donc le symbole de l’humanité qui accueille et collabore à l’Humanité divine de Jésus. L’Esprit Saint a voulu que le premier dialogue sur l’espérance du monde fût celui de deux femmes enceintes, images de confiance en l’avenir. Marie est pour chacun de nous le Modèle de disponibilité qui fait accéder au Père et à son Salut.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,39-56

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.


PS :

Assomption de la Vierge Marie - abbé Jean Compazieu

Illustration : Jardinier de Dieu


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF