C’était six jours avant la Pâque …. (Jn 11,55-12,11)

mardi 29 mars 2011
par  Marie-Aimée ROUAUX
popularité : 1%

« Jésus viendra-t-il en pèlerinage à Jérusalem pour la fête de la Pâque ? »

C’est la question que se posaient beaucoup de Judéens alors que la fête de Pessah - la Pâque juive - était proche (Jn 11,55 et s). Les autorités juives, en effet, resserraient leur étau autour de Jésus, donnant même des ordres : « Quiconque saurait où il était devait le dénoncer afin que l’on se saisisse de lui » ! (Jn 11,57).

On voit, d’une part, la foule qui cherche Jésus pour l’écouter et le suivre, d’autre part, les autorités religieuses qui veulent l’éliminer, surtout depuis que Jésus a rendu la vie à son ami Lazare alors qu’il était mort, « depuis 4 jours », précise Jean dans son Evangile.

C’est dans ce climat très tendu que Jésus se rend à Jérusalem.

Il s’arrête à Béthanie, ce village à l’est du Mont des Oliviers, où demeurent ses chers amis, Lazare et ses deux sœurs Marthe et Marie.
C’était six jours avant la Pâque.

Marthe organise un grand dîner en l’honneur de Jésus. Lazare « se trouvait parmi les convives ». Il y a aussi Juda, seul nommé au sein des disciples.
Au dehors, la foule attend et les ennemis de Jésus le guettent …

A l’intérieur, c’est encore la fête, la joie du repas, repas chargé d’un symbolisme ancestral, synonyme d’ Alliance entre Dieu et son peuple.
Marthe « servait ». Jean l’évangéliste le précise à bon escient. Marthe sert en maîtresse de maison accomplie, avec le charisme de celles qui, au sein même des tâches matérielles, servent leur Seigneur comme investie d’un ministère de diaconie (service).

Mais voilà que la belle ordonnance du repas est rompue.

Marie se lève et prenant « une livre d’un parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus et les essuya avec ses cheveux  » (Jn 12,3).
Mais au geste plein d’amour de Marie, Juda, celui là même qui allait livrer Jésus, réagit vivement !

Jésus dit à Juda : « Laisse-la ! - Elle observe cet usage pour mon ensevelissement ».

Marie, c’est l’amour pur, sans comptabilité, le parfum à profusion « qui emplit toute la maison  », alors même que Juda compte les deniers qu’on aurait pu en tirer ! Mais pour quoi faire ? Les donner aux pauvres ? (comme il le dit lui-même !). Mais le véritable « Pauvre », n’est-il pas Jésus qu’il faut entourer d’amour aujourd’hui même. Sa Pâque est proche, le dur passage dans la souffrance et la mort, et l’ensevelissement prophétisé……..

Mais en filigrane, ce beau texte que nous appelons « Onction à Béthanie  », annonce déjà la VICTOIRE DE LA VIE SUR LA MORT : la joie du repas, le symbolisme du festin des noces messianiques, le parfum d’amour (allusion au Cantique des Cantiques 1, 12).

Le 6e jour marquait l’attente d’un accomplissement (c’est le sens du chiffre 6),

LE 8e JOUR SERA LE JOUR DU RESSUSCITE !



Alleluia ! Joyeuses Pâques… !


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF