La Résurrection et nous !

mercredi 30 mars 2011
par  Jean MABUNDI (Abbé)
popularité : 2%

Les femmes ont trouvé le tombeau ouvert et vide, alors que Jésus y avait été enfermé. Enigme ! Et pourtant tous les spécialistes disent que ce n’est pas un signe crédible de la victoire sur la mort. Toutefois, le tombeau vide a permis aux disciples d’imaginer Jésus dans une nouveauté d’être, au-delà de leur expérience humaine. Penser à la résurrection de Lazare, de la fille de Jaïre ou du fils de Naïm, n’est pas rassurant non plus. Ils sont revenus à la vie terrestre, bien sûr, par la parole de Jésus, mais ils sont de nouveau morts.

Il y a aussi les apparitions de Jésus après sa mort. Surtout n’oublions pas que l’idée de résurrection était admise par les juifs au temps même de Jésus, mais comme une possible réanimation. Or la question qui concerne Jésus n’est pas celle de la réanimation.
Un Jésus que l’on voit et qu’on ne reconnaît qu’après coup, qui apparaît et qui disparaît est un Jésus qui pose question. Pensons aux disciples d’Emmaüs, aux disciples sur la plage … et autres témoignages. Il s’agit déjà d’un personnage remarquable et étrange : il entre dans des maisons hermétiquement fermées et surprend ses hôtes ! Il est donc hors du temps et de l’espace !
A la différence de Lazare, de la fille de Jaïre et du fils de Naïm, ce n’est pas un simple retour à la vie terrestre. Jésus est entré dans un nouveau monde. Lequel ?

Marie Madeleine fait une rencontre lumineuse avec ce nouveau Jésus, même si elle le prend d’abord pour un jardinier avant de le reconnaître, selon le récit de l’évangéliste Matthieu. ‘’J’ai vu le Seigneur’’, dit-elle aux disciples. (Jn20, 11-18) Le ressuscité venait d’appeler la dame par son nom, comme il aimait le faire de sa vie terrestre. Une marque d’amour.
Il y a ici un Jésus qui a traversé la mort, qui dit aller vers son Père et Père de tous les hommes de la terre. Un Jésus que plus personne ne peut retenir dans ses griffes, même pas ses plus proches disciples et autres connaissances. Il a franchi la mort.

Voilà une résurrection qui a donné aux disciples la certitude d’une mort ouverte, débouchant sur une vie en plénitude, un passage à plus de vie, une pâque. Une espérance ! Une promesse : ‘’Quand je serai élevé, j’attirerai tous les hommes à moi’’ (Jn 12,32).
Celui qui a montré à ses disciples les plaies de ses pieds, de ses mains et de son côté, les marques de la croix, se manifeste aussi à Paul de Tarse, ennemi acharné, qui deviendra l’Apôtre des nations. Il se montre à lui dans une grande lumière et d’une voix que seul Saul, dans une étonnante intimité, identifie. L’Amour s’est révélé plus fort que tout, il a triomphé du mal et de la mort.

Les apparitions seraient-elles des hallucinations ? Auraient-elles généré chez les disciples la capacité d’un ‘’engagement de toute leur vie, jusque dans leur propre mort, pour rester fidèles à cette certitude : Jésus est vivant  ?’’, s’interroge Jean Civelli, l’auteur de « La résurrection des morts : et si c’était vrai ? »

Croire en la résurrection pour nous aujourd’hui, c’est poursuivre ce combat du Christ pour un monde où rien ne menace l’Amour. Notre défi, c’est donc de vivre dans l’enfantement permanent de ce monde nouveau ; un monde où tous les peuples de la terre auront appris à vivre en frères. Le carême, c’est l’occasion de se mettre davantage à l’écoute de cet amour incommensurable de Dieu.

Joyeuses Pâques à vous tous !


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF