Et après

lundi 16 octobre 2017
par  Yves CORBEL (Abbé)
popularité : 1%

Et après la vie présente y a-t-il quelque chose ? C’est la grande interrogation. Y a-t-il la vie qui continue ou rien ? Une interrogation qu’un jour ou l’autre on se pose : à l’occasion d’un coup dur, d’un accident, d’une maladie, de la perte d’un être cher, de l’avancée en âge.
Depuis toujours les hommes ont cru à la « survie », à l’âme qui continue d’exister ; bien des vestiges du temps passé en témoignent.
Et il y a en nous un grand désir de vivre, de vivre bien, de vivre longtemps. Cette volonté inscrite dans notre nature correspond bien à une attente.
Depuis le début de l’humanité se pose la question : « et après »

Au temps de St Paul, il y a 2000 ans, les gens se demandaient : « que devient-on » ?
Paul va leur donner la réponse de la Foi. « Nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance. Jésus est mort et ressuscité, nous croyons. Ceux qui se sont endormis, Dieu les emmènera avec son Fils ».
Comme tout le monde nous redoutons le départ, nous avons au cœur une espérance, celle de rejoindre le Dieu de la vie, celle de passer de la vie présente à la vie en Dieu.
C’est la certitude de notre Foi en Jésus qui nous dit : celui qui croit en moi vivra. « Je suis venu dans ce monde pour que les hommes aient la vie et l’aient en abondance ».
Nous croyons en Jésus, non une idéologie, non une sagesse, mais quelqu’un.
Nous croyons en cet évènement unique, inouï, un jour de l’histoire Dieu est venu dans le monde en la personne de Jésus, homme et Fils de Dieu.
Durant sa courte vie, il a partagé nos peines et nos joies. Il nous a montré le chemin de l’Amour, jusqu’au don de sa vie.
Par ses paroles et ses actes il dérangeait les responsables de son temps. On l’a jalousé, on l’a mis en croix. C’était un vendredi.
Tout aurait pu s’arrêter là, mais l’amour était si fort en lui que le dimanche matin il s’est levé du tombeau. Avec Lui, c’est l’amour qui a gagné sur le mal. C’est la vie qui l’a emporté sur la mort.
Sa résurrection, c’est le roc de notre Foi. C’est aussi la porte de la vie ouverte pour toujours. C’est bien ce que nous allons célébrer lors de la Toussaint, la fête des vivants, la fête des amis de Dieu.
Dans la vision qu’il eut du ciel, St Jean nous rapporte : « j’ai vu une foule immense que nul ne pouvait dénombrer, de toutes nations, tribus, peuples et langues ».
A la Toussaint nous allons nous souvenir de nos défunts et prier pour eux car ils vivent. Si la Toussaint est la fête des morts, pour le chrétien c’est aussi et d’abord la fête des vivants. Nous sommes faits pour Dieu, nous sommes faits pour la vie.
C’est notre espérance ?
« Dieu, nous te louons, Seigneur, nous t’acclamons dans l’immense cortège de tous les saints ».


Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF