Que Ta volonté soit … fête !

lundi 4 décembre 2017
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

Lorsqu’on nous invite à modifier dans le Notre Père l’expression « soumission à la tentation », il est intéressant de s’interroger sur la volonté de Dieu.

Que sa volonté soit faite ! Entendons-nous souvent lorsque des gens sont frappés de grave épreuve.

En français, volonté a un caractère volontariste ; le « Petit Robert » cite entre autres « faire les quatre volontés », voire, volonté inflexible, signe de détermination et de fermeté. Volonté aurait donc un relent de Inch’Allah ! De fatalité implacable ?

Pas pour le Père Gélineau qui a écrit un livre sur le Notre Père. Pour lui ce mot volonté, pur copié-collé de voluntas, nous vient de Saint Jérôme qui a traduit la Bible de l’hébreu et du grec le mot Thelema, employé par St Mathieu.
Thelema signifie bien volonté, autorité qui commande, mais aussi désir, inclination, plaisir. Saint Paul explicitera bien cette volonté « nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le dessein bienveillant qu’il avait formé en lui-même », Dieu, en effet, Père du Ciel, ne veut que le bonheur de l’homme. Les anges eux-mêmes n’ont-ils pas chanté « paix pour les hommes ses bien-aimés » (d’après la Tob).

La Bible emploie souvent le mot volonté de Dieu, notamment dans les psaumes. A Timothée, St Paul précise bien ce qu’est la volonté de Dieu puisqu’il « veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité » (1Tim 2,4). Jésus doté de volonté humaine et divine a cherché et prôné l’accomplissement de la volonté de Dieu. La volonté du Père était sa nourriture, sa raison de vivre (Jean 6,38).

Faire la volonté de Dieu, enseigné par Jésus dans « l’oraison dominicale » est donc une ardente obligation. Mais comment savoir ce qu’est cette volonté ?

Dans l’Évangile le discernement réside dans la capacité à lire « les signes des temps » et le Christ qui en est un par excellence.
Dans l’épître aux hébreux, saint Paul nous indique la voie du discernement : le don de l’Esprit, discerner, saisir ce qui est bien ou mal. Restons modestes, ce n’est pas à notre portée naturelle, mais l’Esprit nous en fournit les dons d’appréciation. Ce don de discernement, si cher au pape François, réside dans la capacité d’écoute, la contemplation de la Parole de Dieu, et un abandon à la volonté divine .

Dans ce monde qui a été inventé, fondé, par « amour du Créateur, tombé sous l’esclavage du péché mais libéré par le Christ, crucifié et ressuscité qui a brisé le pouvoir du malin »(Directoire général pour la catéchèse,1997), il nous faut discerner, distinguer le bien du mal, à la lumière de la Foi.

Que Ta volonté soit fête ! Un souhait positif avec filiale affection.


PS :

Voir aussi l’article En « Avent », toutes !


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF