Homélie du dimanche 18 mars 2018 à Saint Quay Portrieux

5e dimanche de Carême
par  Damien AYOLA
popularité : 1%

Homélie / 5e Dimanche
La Résurrection de Lazare
(Jn 11, 1-45)

Chers amis, ce texte d’évangile que nous venons d’écouter nous laisse voir Jésus touché par la mort de son ami Lazare. Nous y voyons Jésus blessé dans son humanité profonde au point de pleurer. Pourtant les circonstances nous mettent en face de plusieurs interrogations.
Contentons-nous juste du regret exprimé par les deux sœurs Marthe et Marie : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. » Les deux femmes reprochent ainsi à Jésus d’avoir été absent. Même le narrateur du récit dit explicitement : « À la nouvelle de sa maladie, Jésus demeura pourtant deux jours à l’endroit où il se trouvait. » et aux Juifs incrédules d’ajouter : « Lui qui a ouvert les yeux des aveugles ne pouvait-il pas empêcher son ami de mourir ? » En d’autres mots, l’absence de Jésus au moment où la vie de son ami Lazare était en danger, était un choix délibéré. Dans nos petits souvenirs, cette absence évoque pour nous assez d’événements où nous avons l’impression que Dieu a choisi délibérément d’être absent au moment où nous avions vraiment besoin de lui. Quand nous sommes en face des catastrophes naturelles, des accidents, des morts innocentes, quand notre vie rien ne semble plus aller, nous avons l’impression que Dieu est vraiment absent ou qu’il ne se soucie pas de notre malheur. En face de toutes ces interrogations, la réponse de Jésus est encore plus embarrassante : « ces situations ne conduisent pas à la mort, mais visent à la manifestation de la gloire de Dieu ».
Chers amis, nous ne pouvons rentrer dans l’intelligence de cette énigme qu’en examinant la vie même de Jésus. Sa vie publique n’a duré que trois ans. Pendant ce temps on ne parlait plus de son père Joseph. Il est certainement déjà mort. Sa mère Marie, très jeune - elle avait juste 16 ans de plus que lui - n’avait pas de voix devant les contemporains qui le persécutaient. Dans ce récit, il est sur le point d’être arrêté et exécuté. Ses disciples qui l’avaient rassuré qu’ils l’accompagneraient jusque dans la mort l’ont tous abandonné au moment opportun. Dans une semaine nous serons dans la semaine sainte où vivrons à nouveau son procès et sa condamnation à mort. Il est frappé, trainé dans la poussière et les pierres, crucifié, mis à mort. Devant cette foule de bourreaux, Jésus était seul à faire face. Pas une voix ne s’était levée pour rendre témoignage à la vérité. Même pas ceux qu’il a nourris au désert avec la multiplication des pains, ou même les malades qu’il a eu à guérir. Son Père non plus n’a pas daigné envoyer les anges du haut du ciel pour le délivrer. Et pourtant, c’était le Fils bien aimé de Dieu, comme nous l’entendons dans le récit du baptême. C’est le scandale de la croix. Et c’est ainsi que se manifeste la gloire de Dieu. A notre intelligence de chair, c’est difficile de le comprendre. Et c’est ce que nous nous sommes exercés à vivre depuis cinq semaines en rentrant dans le mystère de la gloire de Dieu qui passe inéluctablement par la croix.
Le Christ après tout le cortège de malheurs qu’il a vécu a triomphé dans la gloire de sa résurrection. Il n’y a pas d’autre chemin pour le disciple. Il est évident que Dieu n’a pas créé l’homme pour le laisser dans la souffrance, mais s’il permet parfois que nous fassions l’expérience du manque de bonheur, c’est toujours une occasion qui nous est donnée d’unir notre souffrance à celle du Christ pour espérer aussi partager avec lui la gloire de la Résurrection. Lazare, bien qu’il soit mort a été ramené à la vie, mais pour mourir encore après. Nous, nous espérons d’une ferme confiance, que le Christ nous ressuscitera pour la vie éternelle. Qu’il nous donne la grâce de nous ouvrir à son Esprit pour comprendre toujours que quelque soit ce qui nous arrive, même si nous avons l’impression qu’il n’y a que du vide autour de nous, Dieu est toujours présent et agissant cœur de notre vie.


Documents joints

PDF - 232.6 ko

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF