Deux adultes seront baptisés à Pâques

lundi 9 avril 2018
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

Dans la communauté pastorale, deux adultes seront baptisés, lors de la veillée de Pâques : Sylvie Baconnais à Pordic et Valérie Duchesne à Étables. Rencontre avec ces deux femmes qui témoignent de leur cheminement.

Sylvie Baconnais, de Pordic « J’ai l’impression d’aller vers la lumière »

JPEG - 28.7 ko Je suis né dans une famille où il y avait beaucoup de difficultés. Mes deux frères ont été baptisés mais ni ma sœur ni moi, car les parents ne voulaient pas. Je suis arrivée en Bretagne en 2011 et je me suis liée d’amitié avec Armande Paul et sa famille. Armande m’a proposé de l’accompagner à la messe. Les questions sur la religion sont venues au fur et à mesure et nous avons beaucoup discuté et parlé du baptême. Mon fils Thomas a vécu normalement jusqu’à l’âge de 6 ans où a été détectée la myopathie de Duchenne. L’état de santé de Thomas s’est aggravé, il nous a quittés en février 2015.
Après de longs mois, aidée par mon compagnon Yvan et par Armande, j’ai commencé à rependre goût à la vie. C’est alors que s’est produit le déclic du baptême. Mon grand désespoir était de ne pas pouvoir retrouver, un jour, mon fils, au Ciel, car je n’étais pas baptisée. Après avoir échangé avec le Père Hamon puis le Père Roland, j’ai engagé le cheminement vers le baptême.
La préparation a duré 18 mois avec l’aide du Père Roland, d’Armande et d’Yvan. Je posais beaucoup de questions qui m’interpellaient. Cela a été un moment très fort et enrichissant. Aller à l’église me donne l’impression de me libérer et d’avoir une relation directe avec le Christ. L’étude de la Parole m’intéresse beaucoup, même si certains mots ont été difficiles à comprendre au départ. J’ai participé au spectacle de la Passion à Loudéac en 2017 et je pense y retourner cette année. Ce spectacle vivant illustre bien la vie du Christ. Autre moment important : la rencontre des catéchumènes du diocèse à Plestin avec Mgr Moutel, en février, m’a permis d’échanger avec l’Evêque. Très attentif, il a eu un mot pour chacun.
Je serai baptisée lors de la veillée de Pâques (21 h à Pordic) et je recevrai l’Eucharistie et la confirmation. Je rentrerai ainsi dans la communauté des chrétiens. J’ai l’impression d’aller vers la lumière et d’arriver au bout d’un tunnel. Ne pas être baptisée, c’était très frustrant pour moi. En étant baptisée, je me sens plus apte à parler à Dieu, je ne serai plus seule et je pourrai rejoindre un jour mon fils Thomas.
Le baptême n’est pas une fin en soi, je pense participer aux actions de bénévolat dans l’Église en allant davantage vers les autres. J’ai encore beaucoup de choses à apprendre.

Valérie Duchesne d’Étables « Je veux transmettre le bonheur de croire »

JPEG - 7.6 ko A l’âge de 6-7ans, j’accompagnais mes cousines à la messe et j’ai demandé à mes parents d’être baptisée. Ils n’ont pas accepté. Même si je ne pratiquais pas, ma foi était toujours présente. Quelques signes ont ponctué ma vie. Ma fille gravement malade a guéri sans que l’on sache exactement pourquoi, peut-être grâce aux prières des amis. Mes enfants m’ont offert une croix que j’ai fais bénir par une amie croyante que j’ai ensuite accompagnée à la messe en région parisienne. J’y allais tous les jours avant d’aller au travail. J’avais l’impression que ce moment d’intimité avec Dieu me rendait meilleure et me permettait de me sentir bien dans la journée. Un autre signe m’a interpellée. Un oncle baptisé à 22 ans m’a laissé des carnets où il inscrivait les moments importants de sa vie spirituelle, des messages me disant que le baptême pouvait se demander à tout moment de la vie.
J’ai demandé le baptême en région parisienne et j’ai été accompagnée par deux prêtres. Malheureusement, je suis tombée malade avant l’appel décisif et j’ai dû interrompre ma préparation.
Un dernier signe va provoquer le déclic. Ma petite fille Lilou, âgée de 8 ans, demande le baptême. Ses parents sont non-croyants et je n’avais pas eu l’occasion de parler de religion avec elle. Ses parents ont fini par accepter sa demande à condition qu’ils n’aient pas à s’en occuper. Lilou m’a appelée, j’ai accepté de l’accompagner dans sa démarche et nous allons être baptisées toutes les deux, à la veillée de Pâques. J’ai alors repris la préparation avec Marie France d’Hérouville et Malu Guillet.
Je suis fière de mon cheminement et très émue d’aller vers le baptême, car il y a des moments très forts. Le baptême n’est que le début du parcours, je veux que cela continue. Avec le baptême, la communion et la confirmation, je rentre pleinement dans la communauté chrétienne. J’ai envie d’apporter ma pierre, par exemple, dans la Parole partagée, une fois par mois. La Parole de Dieu résonne en moi, je me sens pleinement acteur.
Je veux m’investir et apporter de la joie. Quand on s’avance vers la communion, on doit avoir le visage souriant. C’est cette image que perçoivent les personnes non-croyantes présentes dans l’assemblée. D’une manière générale, je pense que nous n’exprimons pas suffisamment notre joie, lors des cérémonies.
Le baptême n’est pas pour moi un sujet tabou, chacun est libre de croire ou de ne pas croire. Je veux transmettre le bonheur de croire. La messe nous réunit tous. Soyons joyeux d’être entourés d’amis. Je fais partie des gens qui ont besoin de partager leur foi.


PS :

ndlr : article prévu pour le bulletin du mois d’avril. Les entretiens ont été réalisés par l’auteur courant du mois de mars. Les baptêmes ayant eu lieu à Pordic et Étables sur Mer le samedi 31 mars 2018 lors de la veillée Pascale.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF