« Le Christ est notre vie »

mercredi 27 avril 2011
par  Jean HAMON (Abbé)
popularité : 2%

Voici les fêtes pascales achevées. L’Église en est encore toute ensoleillée. Les nouveaux baptisés, catéchumènes d’hier, jeunes scolaires ou petits enfants, viennent d’être « engendrés » à la vie de Dieu, devenant pour toujours les enfants « bien-aimés » du Père. Beaucoup de chrétiens, ayant ou non bénéficié des temps forts proposés dans les paroisses au long du carême ont pu, lors de ces moments importants, raviver leur foi, renouveler personnellement leur attachement confiant au Christ, le Vivant de Pâques.

Nous gardons tous en mémoire les étapes importantes de la Semaine Sainte. La liturgie si riche et si symbolique des célébrations nous a permis de cheminer, pas à pas avec le Christ, de l’accompagner dans le grand mystère de foi synthétisé dans la Cène, la Passion et la Résurrection. Au cœur de la veillée pascale, Saint Paul nous exhortait à retrouver en Christ la « source de la vraie vie ». « Si, par le baptême, dans sa mort, nous avons été mis au tombeau avec Lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi. »

« Quand le Christ, qui est notre vie, sera manifesté, alors vous aussi, vous serez manifestés avec lui en gloire. » Colossiens 3:4
« Quand le Christ, qui est notre vie, sera manifesté, alors vous aussi, vous serez manifestés avec lui en gloire. » Colossiens 3:4

C’est impressionnant de penser au nombre considérable de frères baptisés qui, dans le monde, se sont ainsi, en cette Pâque 2011, replongés avec bonheur dans la grâce de leur baptême, retrouvant en Christ la source d’une vie intense. Oui, nous le croyons, en reprenant encore les paroles de Paul : « Votre vie est désormais cachée avec le Christ, en Dieu. Le Christ est votre vie. » (Col. 3, 3-4)

Je garde un souvenir précis d’une intervention de Jean Paul II, lors de son premier voyage à Paris. Son interpellation forte m’avait marqué : « France, qu’as-tu fait de ton baptême ? » C’est toujours cette question qui m’habite lors des rencontres avec les jeunes parents qui préparent le baptême de leur enfant. Oui, en vérité, qu’avons-nous fait de notre baptême ? Que deviendront ces enfants ou adultes baptisés dans la joie aujourd’hui ?

L’échange libre et confiant qui s’instaure avec ces jeunes adultes laisse très souvent paraître une méconnaissance réelle de l’impact du baptême sur eux-mêmes et à fortiori sur leur enfant. Ce registre nouveau que permet cette renaissance, grâce au Christ, a du mal à être perçu à sa juste valeur. Souvent la perspective d’une protection de la part d’un Dieu mal connu l’emporte sur la proposition d’une relation confiante et filiale avec Lui. L’enjeu est bien de leur faire sentir la joie qu’il y a à réfléchir sur la façon de comprendre et de vivre en chrétiens, amis de Jésus.

C’est vrai que pour chaque baptisé, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui, un long cheminement est nécessaire. Comme les disciples d’Emmaüs, c’est au bout d’un réel compagnonnage que le Ressuscité se laisse découvrir. C’est ici que le relais de nos communautés est indispensable. Le témoignage des uns et des autres devient important. De plus en plus, ceci est souvent noté chez les catéchumènes, la qualité et la vérité de nos vies en référence à l’évangile sont des points de repère appréciables. A nous de vivre « en enfants de lumière » pour entraîner dans la dynamique de notre baptême ceux et celles qui par divers chemins, souvent pour des motivations imprécises, viennent demander à l’Église de les accueillir. Qu’ils puissent à leur tour découvrir l’intérêt et l’importance du Dieu de la vie, manifesté en Jésus le Ressuscité.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF