Pain et Vin

vendredi 27 mai 2011
par  Marie-Aimée ROUAUX
popularité : 1%

« Ma chair est la vraie nourriture,
Mon sang, la vraie boisson » (Jn 6,55)

Panem et Vinum, deux mots latins qui sont tout un programme !

Gravés sur le fronton d’une cheminée en bois massif d’une maison savoyarde, ces mots « panem et Vinum », soit « pain et vin », étonnent le visiteur. Ils sont d’une profondeur inattendue en ce lieu, et pourtant suggestifs du repas, du moins dans notre culture française. En Bretagne traditionnelle nous penserions plutôt à blé noir (crêpes ou galettes ) et cidre, en Afrique de l’ouest, galettes de mil et dolo (la bière de mil ) … tandis que le riz est la nourriture de base des pays asiatiques … Notre humanité est en quelque sorte pétrie culturellement et corporellement par notre nourriture !

Dans la Bible, le pain, de blé ou d’orge, est l’aliment de base dont on ne peut se passer. En hébreu, le pain se dit « lehem », on connaît le nom Beth-lehem ou Bethléem, la « maison du pain ». Ce même terme signifie aussi
« nourriture », aussi le pain est-il symbole de toute nourriture.

Cette nourriture vient souvent à manquer. Par exemple dans Genèse 47,13, il est question de famine : « Il n’y a plus de nourriture (lehem) dans tout le pays car la famine y avait lourdement pesé ». Dans le Livre de Ruth, on voit toute une famille qui s’exile au pays de Moab parce que la famine sévit dans la région de Bethléem ( maison du pain ! ).

C’est à cause de cette précarité que le pain est précieux pour l’homme de la Bible et que nourriture et repas occupent une place si importante dans le Premier Testament comme dans les Evangiles. L’idée de bonheur est rattachée à ce pain qui a tant de prix :

Le psaume 104 (103) vante les mérites du « vin qui réjouit le cœur de l’homme » et du « pain qui restaure les forces de son cœur ».

La Sagesse, dans le Livre des Proverbes, au chapitre 9 verset 5 (Pr 9,5), invite toute personne à se nourrir d’une nourriture spirituelle symbolisée par le pain et le vin :

« Venez manger de mon pain et boire du vin  » !

Cette nourriture spirituelle, c’est la Parole de Dieu, et le vin, la joie de la connaissance au sens biblique et relationnel du terme.

Ce n’est donc pas par hasard si Jésus, qui a grandi dans la culture juive, dans une tradition plusieurs fois millénaire où « pain et vin » ont une signification à la fois existentielle et spirituelle, a choisi le pain rompu et partagé du repas pour dire à la fois sa mort prochaine et son offrande à Dieu, son Père, pour l’humanité tout entière.

Ce soir là, lors de son Dernier Repas, Il donne à un geste ancestral, déjà chargé de symbolisme, une signification toute nouvelle : Ce pain brisé dans l’offrande, c’est son Corps, sa Chair, son être tout entier qu’ Il offre et qui en se brisant dans la mort donne la Vie.

La fête du « Corps et du Sang du Christ », qui sera célébrée en ce mois de juin, est là pour nous rappeler que le Pain eucharistié, partagé en communauté à chaque Eucharistie, nous introduit et nous engage, dans ce geste même de Jésus, au partage fraternel, et dans l’adoration, à l’action de grâce à Dieu notre Père, « par Lui, avec Lui, et en Lui ».


PS :

Chers lecteurs, après 12 ans d’assiduité à la Page Biblique de notre bulletin paroissial, inaugurée par le Père Eric Le Forestier, en commençant par Plérin, je vous remercie de tout votre intérêt et vos encouragements, mais je laisse désormais à d’autres le soin de poursuivre cette tâche.

Vous pourrez me rejoindre, si vous le souhaitez, sur le site de la communauté de paroisses Plérin.Pordic-Etables :
« cplittoralouest.catholique.fr », à « Chronique biblique ».

Un dialogue peut s’instaurer, je reste à votre disposition pour toutes questions concernant la Parole biblique dans nos vies.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF