15 Août : Assomption de la Vierge Marie

samedi 13 août 2011
par  Jean-Louis KERVIZIC
popularité : 1%

Source : Pastorale d’Animation Jeunesse - Canton de Vaud
http://www.pasaj.ch/le-15-aout-la-f…

Assomption et Ascension  :

Souvent, une confusion dans les mots : Ascension, Assomption. En fait, ils sont très proches. L’Ascension, où montée au Ciel de Jésus-Christ est commémorée 40 jours après Pâque, après la Résurrection. Ce jour là, le Seigneur disparaît de la vue de ses disciples : « Il n’est pas ici, il vous précède en Galilée… ». Le parcours terrestre de Jésus est achevé, mais pas de manière définitive. Il se poursuit par la présence missionnaire de ses disciples dans l’attente de son retour. Son Corps - l’Église - poursuit la mission du prophète de Jérusalem, reconnu et confessé comme Fils de Dieu.

Marie, première des croyantes :

Marie est désignée comme la première des croyantes parce qu’elle a cru en la venue du Christ. La fête de l’Assomption est issue de cette « logique » de foi. Si Marie est la première de ceux qui ont placé leur foi en Jésus, il est naturel qu’en elle soit manifestée avant tout autre ce en quoi elle a vraiment cru. Or, la Résurrection de la chair fait partie de sa foi. L’Assomption est la célébration de l’accueil en Marie de la vie éternelle jusque dans sa chair.

Marie est une femme d’Israël. Elle a vécu sa condition humaine pleinement mais sans le péché. La solidarité avec l’humanité est cependant totale. Sa vie de jeune fille, sa vie de mère, a été marquée par les joies, les souffrances, les peines et aussi par la mort. Marie n’a pas échappé à la mort. Comme son Fils elle a assumé l’ensemble de la condition humaine. Mais, sa vie a été remplie par la présence de l’Esprit de Dieu. Marie après sa mort- nos frères chrétiens d’Orient appellent cette fête du nom de Dormition - a été enlevée à la vie terrestre pour entrer d’emblée dans la vie en Dieu. Voilà le mystère de la fête de l’Assomption. C’est un résumé du parcours du croyant. Si je place ma foi en Jésus ressuscité, je suis destiné corps et âme à vivre dans le sein de Dieu. Et Marie fut la première à vivre cela.

XVIIe siècle - Guido Reni
[Bologne, 1575 - Bologne, 1642]
L’Assomption de la Vierge

Quittant l’espace terrestre, portée par deux angelots en vol, Marie s’élève au centre d’une gloire d’anges. Bras tendus et mains ouvertes, en geste d’oraison et d’intercession, elle regarde Dieu le Père qui l’accueille au paradis. Ce n’est qu’en 1950 qu’est proclamé le dogme de l’Assomption, selon lequel la mère de Jésus fut enlevée au ciel après sa mort. Pourtant, même si l’événement n’est pas rapporté dans les Évangiles, il est fêté par l’Église depuis les premiers temps, surtout à la suite du Concile de Trente (1545-1563) qui remet à l’honneur la piété mariale. L’envol du manteau accompagne le mouvement du corps, aux jambes démesurées, au hanchement gracieux. La palette est limitée à trois couleurs vives et lumineuses, le rouge et le bleu, couleurs traditionnelles de la Vierge, et l’or symbolisant la gloire du paradis. Celui-ci vibre de subtiles nuances, du nimbe rayonnant autour de la chevelure blonde à la mandorle* de nuages habités de chérubins. Guido Reni, peintre bolonais, a réalisé plusieurs tableaux sur ce thème, dans lequel il pouvait laisser libre cours à son style doux et suave, inspiré autant de Raphaël que de la sculpture antique. C’est pour orner l’autel de la chapelle de la Vierge, dans l’église des Philippins de Pérouse, qu’il peint ce tableau en 1637, à la demande de l’archevêque de Ravenne Luigi Capponi. Ce panneau était originellement surmonté d’une lunette figurant Dieu le Père (Bologne, Pinacoteca nazionale).

  • Figure en forme d’amande. Désigne en particulier l’ovale dans leque s’inscrivent le Christ ou la Vierge en majesté.

Voir le site : Assomption de Marie

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF