Notre Dame de la Cour accueille en Vierge des douleurs les anciens et les malades

samedi 24 septembre 2011
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

Samedi 17 septembre, à l’initiative de la « Fraternelle des malades », la communauté paroissiale a accompagné une cinquantaine d’anciens et de malades, à la chapelle ND de la Cour en Lantic.

Dans son mot d’accueil, Edith, en charge de ce service, a souhaité la bienvenue aux participants, soulignant que même si leur état ne permettait plus aux anciens et aux malades de participer normalement à toute la vie paroissiale, ils sont partie prenante dans la communauté. « Vous êtes des piliers indispensables car vous soutenez la paroisse par vos prières".
Ne chantons-nous pas : « vous êtes le Corps du Christ, chacun de nous est un membre de ce Corps ».

Dans son homélie, le Père Jean s’appuyait sur les lectures choisies :

  • la lettre de Saint Jacques (5,14-16) : « Quelqu’un parmi vous est-il malade, qu’il appelle les anciens de l’Eglise et que ceux-ci prient pour lui en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ». Mais l’onction n’est pas une potion magique, c’est un sacrement, pour soutenir l’espérance de ceux qui souffrent. Car l’homme est un être fait de soucis, d’inquiétudes, de questions sans réponses. Voilà qui fait de nous tous des malades et des souffrants quelque part. Cette onction est faite d’abord pour le cœur, elle y met du baume … spirituel.
  • et l’évangile de Matthieu (11,25-30) : « … Tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, … Tu les as révélées aux enfants. Prenez mon joug sur vous … Mon fardeau est léger  ».
    Ne nous contentons pas de la foi du charbonnier, cherchons à comprendre l’intelligence des Ecritures. Celles-ci sont d’une toute autre nature que ce que nous pourrions en penser par notre raisonnement et notre sagesse même. Tournons-nous vers Jésus, qui n’a pas justifié la souffrance, mais qui l’a remplie de sa présence. Tournons-nous vers Jésus qui nous invite à être solidaires, compatissants et généreux envers ceux qui peinent. Son fardeau est léger, car Jésus ne nous parle que de la vie avec les autres. C’est à cela qu’on reconnaîtra que nous sommes des frères.

A l’issue de l’office, Michelle, correspondante du relais de Lantic invitait tous les participants à un goûter offert en la salle municipale. Encore un autre signe de convivialité.


PS :

Depuis l’Antiquité, en effet, les applications d’huile avaient un effet curatif sur certaines blessures. Son symbolisme sera pour ainsi dire sacralisé dans l’Onction des rois et dans les sacrements.
Naguère cette onction, que l’on qualifiait d’extrême, car elle constituait un viatique pour le chrétien qui s’apprêtait au départ vers le Père, est depuis Vatican II la « sacram unctionem infirmorum » le sacrement des malades.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF