« Le Règne de Dieu est tout proche »

lundi 6 février 2012
par  Loïc LE QUELLEC (abbé)
popularité : 1%

Jacques a la cinquantaine.
Peut-être approche-t-il des 60 ans. Il est difficile de lui donner un âge. Ses traits sont marqués. Il porte sur lui les stigmates d’une vie passée à la rue, sans domicile fixe. Il reste pudique et confie à demi-mot qu’il est de l’assistance publique, que l’école c’était pas son truc, qu’il n’a jamais réussi à s’insérer dans le monde du travail, que pendant de longues années il a éprouvé de la haine.
Haine contre l’institution, contre la société, contre la vie, contre sa vie …

Et pourtant de lui-même, ce matin-là, au petit-déjeuner de l’hôtellerie où nous ne sommes que tous les deux, il rompt le silence dans lequel nous sommes plongés et me dit tout de go avec le visage qui s’éclaire :
« Vous savez, mon père, le Seigneur m’a pardonné  »
Émergeant de mon café, je relève la tête en beurrant une tartine «  Ah bon ? »
Jacques reprend. Il est évident qu’il a envie de parler.
« Ouais, il a guéri mon cœur et ma tête. Et ben ça, j’peux vous dire que ça fait chialer » Les larmes lui montent aux yeux. Je sens que c’est important pour lui. Il a envie de se confier. Je l’y encourage le plus discrètement possible. Il me raconte alors une belle expérience de réconciliation personnelle qui s’achève par un « mais vous savez ce qui est le plus difficile ?  »
Je lui répond «  non ? »
Il continue «  C’est pas de croire que Dieu nous pardonne. C’est un peu de pardonner aux autres et c’est surtout de se pardonner à soi. Ah ça, qu’c’est dur  »
En écoutant Jacques parler, résonnent au fond de moi, les paroles de saint Paul aux Corinthiens : «  au nom du Christ, nous vous en supplions, laissez-vous réconcilier avec Dieu  ».
La vie nous inflige parfois des blessures dont les plaies ont du mal à cicatriser.
Notre monde a besoin de réconciliation.
Nous avons besoin de réconciliation.
C’est peut-être en famille parfois que nous avons été blessé ; par un enfant, un parent, un frère, une sœur … ou alors en Eglise … que sais-je … Des évènements douloureux nous atteignent encore bien des années après qu’ils se soient produits … la maladie d’un être cher … sa mort …
Des questions sont enfouies en nous que nous n’osons pas nous poser : où était Dieu ? Pourquoi ce silence ? Parfois, nous posons aussi des gestes dont nous culpabilisons … Des pardons sont nécessaires et nous n’arrivons pas toujours à les donner du fond du cœur, à nous les donner, à les accueillir … Il est si difficile de se renouveler, de changer quelque chose en nous. Nous avons besoin de réconciliation, de retrouver une unité intérieure dans une société où la vitesse nous entraîne si vite que nous passons parfois à côté de notre vie, de vivre de la paix qui découle de la joie de sentir que quelqu’un nous invite à miser sur les forces d’amour vitales que contiennent nos cœurs.
Le temps du Carême qui approche va nous inviter à vivre et à revivre ce retournement intérieur dans la joie et la paix, celles que Jacques a éprouvées. Le Christ nous le dit au début de l’évangile selon St Marc : « Le Règne de Dieu est tout proche », règne de justice et de paix, d’amour et de vérité.
N’ayons pas peur de nous exposer au Christ.
N’ayons pas peur de lui découvrir ce que nous croyons être entre ombres et lumières.
En donnant sa vie, il nous a tout donné pour fortifier nos vies et nous apprendre à aimer. Le Christ est notre paix. Osons la rencontre. Il vient sûrement à nous dans les sacrements de l’Eucharistie et de la Réconciliation. Prenons le temps de revenir à lui. Il est là, tout proche.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF