Une autoroute à la place du chemin ?

samedi 25 février 2012
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

L’UNESCO s’est émue le 31 mars 2007 du projet de construction d’une voie rapide à la place d’un ancien chemin, un chemin historique.
Les autorités locales font état des nécessités modernes de circulation, cas récurrent d’adaptation aux impératifs actuels. On n’arrête pas le progrès !

Il est pourtant célèbre ce chemin qui conduisait de Jérusalem à Damas …
Saul, en pharisien fanatique, muni de lettre de mission du Sanhédrin venait à Damas pour exécuter les nouveaux infidèles à la Loi mosaïque, les chrétiens.
On sait ce qui lui arriva à Paul et comment il recouvra la Lumière.
Il n’est pas donné à tout le monde de connaître une telle conversion ; c’est pourquoi le « chemin de Damas  » est plus qu’une expression devenue commune. Comme on aimerait que celui qui pourchasse ses concitoyens dans ce pays soit aussi subitement « illuminé » ou du moins inspiré de cesser ces violences.

L’ONU semble actuellement impuissante à agir. Pourtant en 1921, la Société Des Nations, en instance précurseur de l‘ONU, avait chargé la France de diriger la Syrie. Un protectorat, certes colonialiste, mais qui devait mettre sur pied ce nouveau pays la Syrie.

Voyons ce que dit Wikipedia de Damas :
« La grande mosquée est la plus ancienne à être pratiquement dans son état initial.
Fait exceptionnel, la salle de prière contient un tombeau : celui de saint Jean le baptiste , cousin de Jésus .
La présence d’un tombeau dans la salle de prière d’une mosquée est un cas pratiquement unique.
Les chrétiens du quartier Est de Damas viennent y faire des prières. On voit donc dans cette salle à la fois les prosternations des musulmans, et les signes de croix et les génuflexions des chrétiens. La présence de ce tombeau s’explique historiquement. Lorsque les Arabes conquirent la ville en 635, ils y trouvèrent en plein centre la grande basilique Saint-Jean Baptiste, fierté des chrétiens, qui abritait le tombeau du Précurseur. Ils la transformèrent en mosquée.
Celle-ci est très fréquentée durant toute la journée. On y entre pour prier, pour admirer et on y vient aussi tout simplement pour faire la sieste, allongé sur le tapis ou adossé à une colonne, car c’est un lieu frais et calme dans le centre de la ville. Véritable lieu de vie, on y voit même des enfants jouer, parfois avec des trottinettes.

Le plus haut minaret de cette mosquée est le minaret de Jésus : c’est là que selon la tradition locale Jésus, le Messie, reviendra sur terre au moment du jugement dernier. »

Aujourd’hui en Syrie, il y a 10% de chrétiens, ce qui est beaucoup pour un pays musulman ; de nombreuses communautés diverses par leur rite, certaines s’exprimant en langue araméenne, la langue de Jésus.

Alors que les médias se focalisent, à juste titre, sur les malheurs de Homs, n’oublions pas dans nos prières le sort de tous les Syriens et plus particulièrement des chrétiens, héritiers du berceau du christianisme.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF