Le Mystère Pascal : pour réformer chaque jour l’Eglise

mardi 15 mai 2012
par  Jean MABUNDI (Abbé)
popularité : 2%

« Comme le Père m'a envoyé, Moi aussi je vous envoie ! »
« Comme le Père m’a envoyé, Moi aussi je vous envoie ! »

Lorsqu’il apparaît à ses apôtres aux lendemains de Pâques, le Seigneur Ressuscité leur souhaite la paix, répand sur eux son souffle, son Esprit.
Il leur dit : “ comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ”

Moi aussi, je vous envoie … ”, c’est un honneur et une marque de confiance dont nous bénéficions, nous tous baptisés. Le Seigneur nous confie la même mission qu’il a reçue de son Père, notre Père, la mission d’apporter la paix au monde, la mission de réconcilier notre monde.

Le Père Gérard Nicole, vicaire général de notre diocèse, l’exprime dans cette livraison (article n° 550 ). Il nous parle de la Mission de l’Eglise : prêtres et laïcs ensemble. Tous baptisés : laïcs, consacrés, diacres, prêtres, évêques, participent à la mission du Christ, le seul prêtre ; c’est le sacerdoce baptismal. Quelques uns, évêques et prêtres, sont au milieu du peuple de Dieu le signe du Christ qui enseigne, nourrit, guide son Eglise ; c’est le sacerdoce ministériel.

Tous envoyés ! Nous sommes ici aux sources, aux origines, à la naissance de l’Eglise de Jésus-Christ, la naissance d’un Peuple qui appartient au Christ mort et ressuscité par amour pour l’humanité toute entière. Mort et Ressuscité ! Un mystère qui constitue la raison profonde de notre vie de baptisés. Serge Kerrien va nous le rappeler prochainement : “ nous sommes appelés à laisser le Christ Ressuscité transformer nos vies … c’est désormais aux chrétiens d’être des signes de la résurrection ”.
Etre des signes de la résurrection, c’est travailler à nous affermir dans la fidélité au Christ et à aider notre Eglise à garder la physionomie que le Christ lui-même lui a donnée. C’est être à la fois « levain dans la pâte  » et « lampe sur le lampadaire  » pour notre monde, là où amour et vérité doivent se rencontrer …
Des exemples de fidélité nous inspirent, entre autres la Sainte Vierge Marie, la première en chemin, la première à croire en son fils. Et le Seigneur a multiplié pour elle des merveilles. Bernard Le Néel évoque pour nous Fatima ( article n° 573 ). Mais pensez-vous que « La Morue en fête » ( article n° 568 ), une manifestation civile, soit aussi le lieu de la rencontre avec le Christ ? Rosita Carpier peut dire oui ; vous aussi. Lisez. Et ces Américains d’Indiana qui sont venus vers nous le 11 mai, en marchant sur les pas de Ste Mère Théodore, ne rappellent-ils pas que le Christ est toujours vivant ?
Nous avons certainement des rêves pour renouveler l’Eglise et la réorganiser, nous avons soif et faim du renouveau … Mais il est important que nos conceptions, généreuses sans doute, nos enthousiasmes de progrès n’oublient pas de transmettre les insondables richesses du Mystère du Christ à notre monde en pleine mutation – avec notre discernement attentif devant les nombreuses lumières et les multiples ombres de notre temps. Tout geste d’amour y sera une semence de résurrection. Ainsi la vie ne sera pas un fardeau, mais un cadeau. C’est cela réformer notre Eglise.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF