Voici venu le temps de l’accueil et de la rencontre…

jeudi 5 juillet 2012
par  Rosita CARPIER
popularité : 1%

Enfin, les vacances…. nous abordons tous cette période avec joie, soulagement et espérance.

Les vacances, c’est une période durant laquelle le « temps suspend son vol » pour faire place au repos voire à la farniente, où le regard porté sur la vie, les personnes est tout autre, c’est le temps de la découverte d’autres horizons mais aussi des Autres et de soi-même.

Découvrir en l’autre un Frère

Les vacances sont en effet le moment privilégié pour se rapprocher des personnes de notre entourage avec qui nous avons manqué ce rendez-vous d’échange ou de complicité fraternelle en raison d’emploi du temps chargé. Les vacances sont surtout l’époque de l’année où des personnes vont venir des quatre coins de l’hexagone ou du monde pour découvrir nos côtes.

Ces « Autres » de notre proximité ou d’ailleurs ne peuvent nous laisser indifférents même s’ils n’appartiennent pas à notre famille, à notre culture, à notre paroisse, à notre pays.

Pour nous chrétiens, l’Autre a une dimension toute particulière. N’a-t-il pas été créé à l’image de Dieu (Gn 1,27) ? Tous créés à l’image de Dieu, ne faisons-nous pas partie de la même famille spirituelle ? en ce cas, tous Frères et Sœurs « en Christ » ?

L’Autre est ainsi notre semblable et pourtant si différent. Chaque « Autre » est unique, porteur de richesses que personne n’aura jamais lui-même. Cela invite à la prise en considération.

Chercher à connaître l’Autre nous amène à nous connaître nous-même. Théorie, me direz-vous, c’est pourtant bien dans la relation à l’Autre que l’Etre évolue, se parfait et qu’il devient même plus humain s’il parvient à éprouver ce que l’Autre ressent.

Ces « Autres » qui vont venir nous visiter, qui vont envahir nos villes, nos plages, ne voyons pas en eux ce qui dérange et repousse… accueillons-les où qu’ils soient avec l’attention du cœur.

Plus que dans tout autre lieu dans notre Paroisse, dans nos églises, dans notre communauté, prêtons à ces vacanciers une prévenance toute particulière : qu’ils y soient attendus et s’y sentent bien, faisons leur place, faisons qu’ils soient des nôtres à part entière !! Concrètement, cela engage à davantage d’ouverture dans nos attitudes et nos façons de faire.

De l’autre au tout-autre

Selon la revue le Nouveau Théo, dans le nouveau testament, Jésus est le visiteur par excellence : Fils de Dieu, il vient à la rencontre des hommes partager leur condition … Mais, il est venu chez les siens et « les siens ne l’ont pas accueilli » ( Jn 1,11 ).

Voyons en ces visiteurs de l’été la venue d’un monde nouveau, comme si Dieu venait à notre rencontre. Accueillons-les en quel que lieu que ce soit avec joie.

Ayons à leur égard des signes de complicité fraternelle. Le regard est l’un de ces signes : par le regard, un plaisir mutuel circule entre les personnes. Jésus lui-même n’avait-il pas une qualité de regard qui devrait nous inspirer. Le regard par exemple qu’il posa sur le jeune homme riche ( Marc, 10, 17-30 ) en dit long « posant son regard sur lui, il se mit à l’aimer », Qui ne serait pas touché par ce regard-là : regard d’admiration, d’émerveillement, d’affection et d’amour fraternel ?

D’autres signes pour accueillir les Autres sont le plus souvent mis en œuvre par chacun : un salut, un mot gentil, quelques pas d’accompagnement, quelques instants de notre temps, mieux un sourire, vraie porte ouverte à la communication et à la rencontre de l’Autre.

Finalement, rencontrer le Tout-Autre est bien à la portée de chaque chrétien pourvu qu’il s’en donne la peine. C’est en effet dans notre quotidien que Dieu se donne en prenant le visage de l’homme, donc du vacancier que nous côtoyons, que nous accueillons. C’est bien en ces circonstances que les paroles du Christ doivent trouver tout leur sens « J’étais étranger et vous m’avez accueilli ». ( Matthieu 25,35-46 )


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF