Et Voilà

le billet d’humeur de Kerprat
lundi 6 août 2012
par  Kerprat
popularité : 1%

Quel bon moment d’assister à l’interview de nos champions après l’exploit !

Et chacun de ponctuer ses commentaires du fameux petit mot voilà.
C’est souvent, semble-t-il une forme de conclusion, voilà tout !
Je ne vois là rien à redire, car c’est un peu le résumé. « Il y avait un enjeu, la médaille, eh bien je m’y suis préparé, j’ai réussi et voilà ».

Fallait-il que la gloire voilât la victoire ? Que non ! C’est légitime.

N’empêche, sans leur jeter la pierre, nos sportifs sont soumis au parler contemporain. Naguère on trouvait des « quelque-part » à tout bout de champ, ça nous agaçait quelque-part … Aujourd’hui c’est un voilà apodictique, conclusif, péremptoire, comme si cela allait de soi de gagner ainsi.

D’autres voilà ont eu leur heure de gloire quand il fallait répondre présent… au Maréchal ! Françoise–Hardy, on l’a un peu oublié(e), a eu une jolie chanson « voilà que je t’aime ». Sans oublier le martial chant des légionnaires « Tiens ; voilà du boudin » !

Finalement, en attendant que le facteur apporte la nouvelle feuille d’impôts, « voilà qu’on pense à vous », je préfère voir dans le port de Binic le sympa petit bateau « V’la ty pas ».
A propos de bateaux, comment ne pas évoquer Victor Hugo dans « Les pauvres gens » où la mère au retour du marin-pêcheur lui découvre les orphelins recueillis :
« Tiens, dit-elle, en ouvrant les rideaux, les voilà ! »
Car, me voilà au bout de mon billet.
Et voilà, ça devait arriver.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF