Le « mariage » en question

dimanche 14 octobre 2012
par  Yves CORBEL (Abbé)
popularité : 2%

C’est l’un des grands enjeux actuels pour notre société, un enjeu qui mérite réflexion, car il touche les fondements de notre « vivre ensemble » et la notion même de l’homme.

Le cardinal Vingt Trois, archevêque de Paris, demande aux églises de prier le 15 août pour les familles, un père et une mère qui s’aiment et donnent la vie à des enfants.
Il n’en fallait pas plus pour que des gens dénoncent cette prière sous prétexte qu’elle portait atteinte à la laïcité … alors que la vraie laïcité n’est-elle pas le respect de toute religion, la liberté d’expression.

Le « mariage » des homosexuels, c’est la prétention et le désir de personnes de même sexe qui vivent ensemble – un homme avec un homme ou une femme avec une femme – parce qu’ils s’aiment et que toute personne a droit à l’amour.
Il est évident que l’église ne peut accepter cette décision du droit au mariage contre nature.

Pourquoi un « mariage ». On peut se demander les raisons de ce désir, alors qu’aujourd’hui le mariage est plutôt décrié. Nombre de couples vivent sans être mariés, en union libre et, en France, un couple marié sur deux divorce.

N’y a-t-il pas d’autres formules tel que le pacs, qui apporte une sécurité aux personnes qui désirent vivre ensemble. On ne voit pas ce que le mariage peut apporter en plus …
Et puis, la notion même du mot mariage, ne va-t-elle pas être dévaluée, banalisée, privée de son sens profond : un homme et une femme qui s’aiment et fondent une famille.
Il est vrai qu’avec l’évolution du langage, bien des notions ont perdu de leur sens premier. Ainsi, pour signifier qu’on aime très fort – on adore – alors que la Bible nous dit « tu adoreras Dieu seul ». Ainsi, pour le
« baptême » de telle promotion, pour une « grand messe » de tel ou tel parti, etc …

Ne pas faire d’amalgame entre l’opposition de l’Eglise au mariage homosexuel et les personnes concernées. Si l’Eglise dénonce ce mariage, elle a un très grand respect pour tout homme, quelque soient ses fragilités.
Le curé d’une paroisse témoigne dans le journal « La Vie Catholique » : « Je consacre un soin particulier à accompagner les couples homos, sans rien céder sur le fond des exigences de l’Eglise ».
Il faut dire aussi que les médias, notamment la télé, ne font pas toujours dans la nuance à ce propos.

L’enjeu de la loi nouvelle est extrêmement important pour l’avenir de notre société et l’avenir de notre civilisation. n’est-ce pas la porte ouverte à toutes les dérives ?

Quelqu’un a dit : il ne s’agit pas simplement d’un moment de l’évolution, mais d’une mutation de civilisation.
L’Eglise ne peut se taire, même si elle passe pour ringarde. Elle doit parler au nom de l’Evangile, pour le vrai bonheur de l’homme. n’est-elle pas « experte en humanité », comme l’a dit un Pape ?
Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’elle conteste et propose, qu’elle incite à réfléchir.

C’était le combat de Jésus.
C’est le combat du chrétien, pour plus d’humanité.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF