L’Evangile du dimanche 14 octobre 2012


Vingt-huitième dimanche ordinaire
Sg 7, 7-11 ; Ps 89 ; He 4, 12-13 ; Mc 10, 17-30
Le roi Salomon demande à Dieu l’esprit de sagesse : « Donne à ton serviteur un cœur plein de jugement pour gouverner ton peuple … » ( 1R3, 9 ). Pour lui, ce cadeau de Dieu est le bien le plus précieux.
Dans l’évangile, un homme demande à Jésus un conseil de vie, ce qu’il doit « faire » pour « hériter la vie éternelle ». Jésus, en réponse, lui propose un trésor ; pour le recevoir, il s’agit moins de « faire » pour obtenir quelque chose en échange, que d’ouvrir les mains : ce n’est pas du donnant-donnant. Mais les mains de cet homme sont déjà pleines ; il ne peut pour l’instant lâcher prise. Peut-être un jour la Parole de Jésus le touchera au point qu’il lui fera totalement confiance :
« Perdre sa vie pour la sauver » : une parole vivante pour aujourd’hui. Pour comprendre qu’elle peut rendre heureux, il faut en faire l’expérience a remarqué une personne en préparant la liturgie.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 10,17-30

Jésus se mettait en route quand un homme accourut vers lui, se mit à genoux et lui demanda : « Bon maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? »
Jésus lui dit : « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul.
Tu connais les commandements : Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère
 »
L’homme répondit : « Maître, j’ai observé tous ces commandements depuis ma jeunesse  ».
Posant alors son regard sur lui, Jésus se mit à l’aimer. Il lui dit : « Une seule chose te manque : va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au ciel ; puis viens et suis-moi  ».
Mais lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.
Alors Jésus regarde tout autour de lui et dit à ses disciples : « Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! »
Les disciples étaient stupéfaits de ces paroles. Mais Jésus reprend : « Mes enfants, comme il est difficile d’entrer dans le royaume de Dieu.
Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu
 ».
De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux : « Mais alors, qui peut être sauvé ? »
Jésus les regarde et répond : « Pour les hommes, cela est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu ».
Pierre se mit à dire à Jésus : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre ».
Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : personne n’aura quitté, à cause de moi et de l’Évangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants ou une terre, sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions, et, dans le monde à venir, la vie éternelle ».

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Évangile du dimancheHeureux les pauvres de cœur (M 10-17/30)

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF