La sainteté : notre but ultime et notre avenir

lundi 5 novembre 2012
par  Jean MABUNDI (Abbé)
popularité : 2%

Le 1er novembre, nous honorons les saints. Nous rendons grâce au Seigneur. « Dans leur vie, tu nous procures un modèle, dans la communion avec eux une famille, et dans leur intercession un appui ; afin que, soutenus par cette foule immense de témoins, nous courions jusqu’au bout de l’épreuve qui nous est proposée et recevions avec eux l’impérissable couronne de gloire … », indique la préface de ce jour.

La foule immense ainsi désignée par l’Apocalypse de Saint Jean et que nul ne peut dénombrer, rassemble tous ceux et toutes celles qui ont manifesté, de manière probante, leur fidélité à Jésus. C’est certainement une foule appelée à grossir de l’apport de nouvelles figures. Et nous en sommes tous prétendants. Des situations diverses et variées de notre aventure humaine, nous sommes tous conviés à nous mettre au service de l’évangile, c’est-à-dire, au service de l’humanité à transformer et à transfigurer.

La sainteté qui nous fait parfois peur et dont nous pensons qu’elle est peut-être réservée à de « plus que parfaits », à des géants gagnants et vainqueurs ; la sainteté est un appel à une manière d’être qui soit en rupture avec des modèles relativistes de notre monde et de notre temps.

L’anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II, il y a 50 ans, et l’entrée dans l’Année de la Foi, deux événements solennellement célébrés les 11 et 14 octobre dans les cathédrales de France et dans nos paroisses, sont des invitations instantes à réajuster notre regard sur le Christ, à découvrir en Lui un visage d’humble Serviteur, visage de la douceur et de la miséricorde, visage de la réconciliation et des béatitudes. Un serviteur qui nous questionne, prêt à donner sa vie pour l’homme, jusqu’à la mort de la Croix. Nous ne pouvons suivre ce Serviteur sans nous associer à son « oui » permanent au bien ; nous ne pouvons pas le suivre en ignorant sa volonté.

L’appel du Saint Père à nous inscrire dans le projet d’une nouvelle évangélisation, à porter avec joie le Christ au monde, est un appel à une vie chrétienne contemporaine authentique, au milieu des mutations et des crises qui bousculent notre société ; un appel à grandir dans la charité, la foi et l’espérance.

Comme à chaque Toussaint, l’occasion nous est donnée d’entendre ces questions essentielles et incontournables : « Chrétiens, quelle sera la lumière de l’homme sur ses chemins d’errance ? ». « Où trouver la boussole qui permettra les corrections de trajectoires pour que la terre tourne plus juste ?  ».
Y répondre, c’est se rendre compte que, finalement, la sainteté, c’est l’avenir de l’homme.
Bonne fête à tous !


Commentaires

La sainteté : notre but ultime et notre avenir
mardi 16 décembre 2014 à 16h58 - par  Eugène Langevin

Cher ami,
j’ai lu trois articles bien composés sur l’Essentiel de la vie chrétienne. Chez moi, c’est l’éternelle bataille du père Noël avec la course aux cadeaux et le Seigneur Jésus, pratiquement seul, dans sa crèche, avec Marie et Joseph, et quelques vieillards de la paroisse. Heureusement, les bergers et les anges chantent la Louange au Roi des rois.
L’écart est si grand entre la Fête de Noël et la course des cadeaux : une folie qui me rend comme Siméon devant un peuple qui a perdu la foi, l’espérance et l’Amour, mais ce peuple étourdi par les cadeaux court sur le chemin de la déroute. Mon cœur saigne…J’ai 75 ans. Bravo pour vos articles.
Eugène Langevin, 10h57.

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF