Les chocs vous choquent-ils ?

Le choc devient chic
mercredi 7 novembre 2012
par  Kerprat
popularité : 2%

Jusqu’à présent parler de choc était plutôt négatif.
Le choc pétrolier de 1974 est encore dans les esprits ; le choc de deux trains, ou de voitures évoque la catastrophe. Quant au choc des plaques telluriques, ( Dieu nous en préserve dans notre pays ! ) quel séisme et quel cataclysme !

Onde de choc - Un avion passe le mur du son.
Onde de choc - Un avion passe le mur du son.

Il n’y a qu’un magazine qui tentait de nous séduire en publiant « le poids des mots, le choc des photos ».
A la rigueur, en toute loyauté, on peut admettre le choc des idées, à condition de respecter la procédure d’échange d’arguments. Le mariage des homos aurait pu en être une occasion.

Nos gouvernants s’apprêtent à nous agiter dans un maelström, dans un choc de compétitivité. En bon langage gallo(is) il s’agit d’un traitement de choc, signe que le mal est sérieux. En fait il faudrait un électrochoc pour remettre un peu d’ordre dans les circuits. L’état de choc pour la Faculté se caractérise par le manque d’oxygène dans le sang, ainsi en est-il de la société. Enfin, comparaison n’est évidemment pas raison.

Les anglo-saxons utilisent le shock dans un sens beaucoup plus fort, shocking ! c’est scandaleux, révoltant, déplacé, exorbitant ; n’a-t-on pas envie en ce moment de comprendre notre « choc » dans ce sens ?

Choquons notre verre pour la réussite de ce choc économico-politique, en espérant de ne vous avoir pas choqué,

Vive le choc … hola !


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF