« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »

Dimanche rencontre de rentrée le 7 octobre 2012
jeudi 22 novembre 2012
par  Emmanuel BRIAND
popularité : 13%

Le dimanche rencontre du mois d’octobre nous a réservé un passage d’Évangile beau, difficile, mais aussi éclairant dans sa finale. Les participants à la rencontre ont pu livrer leurs réflexions et dire comment ils accueillaient cette Parole de Dieu.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 10,2-16

Un jour, des pharisiens abordèrent Jésus et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
Jésus dit : « Que vous a prescrit Moïse ? »
Ils lui répondirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation »
Jésus répliqua : « C’est en raison de votre endurcissement qu’il a formulé cette loi.
Mais, au commencement de la création, il les fit homme et femme.
A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais ils ne font qu’un.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
Il leur répond : « Celui qui renvoie sa femme pour en épouser une autre est coupable d’adultère envers elle.
Si une femme a renvoyé son mari et en épouse un autre, elle est coupable d’adultère ».
On présentait à Jésus des enfants pour les lui faire toucher ; mais les disciples les écartèrent vivement.
Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi. _ Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas ».
Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.

Une fois de plus, les pharisiens tentent de mettre en difficulté Jésus par cette question : «  Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ?  » Jésus pourrait répondre « oui bien sûr » ou « non en aucun cas » il serait alors considérer soit de laxiste, soit de rigoriste. Dans les deux cas, il se ferait piéger !
Comme souvent, notre Seigneur retourne la question à ses contradicteurs. Eux s’appuient sur la loi de Moïse, plus exactement sur une prescription provenant du livre du Deutéronome ( Dt 24,1 ) qui reconnaît implicitement le divorce.
Alors, Jésus connaît-il vraiment bien la Loi ? Et bien, il emmène ses auditeurs au-delà de la question en revenant au projet de Dieu pour l’humanité ( « au commencement… » ). Il rappelle le sens de l’homme pour Dieu. Il rappelle que le Père nous créé homme et femme, chacun à égalité, chacun dans son altérité et ses propres qualités. Par cette réponse, Jésus montre aussi, et cela a été relevé par le groupe, qu’il met l’homme et la femme sur le même plan, à égalité, ce qui vient remettre en cause une nouvelle fois les pratique de l’époque où l’homme pouvait, seul, répudier son épouse.

Et le Christ ajoute « à l’image de Dieu, il le créa  ». L’homme et la femme sont donc créés à l’image de Dieu, notre Dieu trinitaire qui est indivisible et totalement unifiée. Jésus précise que l’union de l’homme et de la femme, qui ne font plus qu’un, est comparable à cette unité divine. Donc Dieu étant indivisible et indissoluble, le mariage est en conséquence amené à l’être également.
A cet égard, Saint Jean Chrysostome affirma : « Quand le mari et la femme s’unissent dans le mariage, ils n’apparaissent plus comme quelque chose de terrestre, mais comme l’image de Dieu lui-même. ». Le mariage est ainsi construit sur un roc.

« Cela n’est pas de l’ordre du permis ou du défendu, comme l’a souligné Sœur Marie-Thérèse Guého dans son article dans le bulletin paroissial, mais un désir cher au cœur de Dieu pour le bonheur de l’homme et de la femme ».

Dans nos vies conjugales, nous savons que cette exigence d’amour, ce beau projet d’amour de Dieu, rencontre des obstacles. En effet, la vie quotidienne des hommes et femmes de ce temps mettent parfois en difficulté cette belle promesse. Une vie professionnelle où nous sommes parfois «  la tête dans le guidon », l’éducation des enfants parfois source de tensions, le tout urgent, etc.
C’est pourquoi, dans son amour infini et miséricordieux, Dieu accueille chacun de nous, avec son histoire familiale, fusse-telle heureuse, mouvementée, ou vécue comme un échec.

Face à ces écueils, ces difficultés, le Christ nous invite finalement à nous en remettre au Père en demandant sa grâce pour nos couples. Comment ? Reportons-nous à cette magnifique finale de ce passage d’Évangile : Accueillir l’Amour de Dieu à l’image des enfants, c’est-à-dire avec simplicité et abandon, à l’image de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus qui nous a montré, à travers ses écrits, cette belle voie de l’enfance spirituelle.

Rappel : A l’occasion du dimanche rencontre, chacun d’entre vous est invité à participer à ce partage d’Évangile. Il ne s’agit pas d’une réunion destinée à une élite ou à un cercle d’initiés ! Bien au contraire ! La Parole de Dieu fait son œuvre en chacun de nous, et nous pouvons tous partager autour de l’Évangile du dimanche.


Voir le site : Communiqué de Mgr Moutel

PS :

Mercredi 12 décembre

A Pordic de 15h00 à 16h30
A Plérin de 20h30 à 22h00

Élargir le mariage aux personne du même sexe ?
Suite à la réunion du 30 novembre à Saint-Brieuc sur le même thème il est proposé à tous les paroissiens de Notre Dame de la Mer cette réunion pour prendre connaissance de ce document ( publié par le Conseil Famille et Société de la CEF ) amorcer la réflexion et éclairer le débat.
http://saintbrieuc-treguier.catholi…gr-Denis-Moutel
http://www.eglise.catholique.fr/act…


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF