Concile 50 ans - Témoignage du Père Yves Corbel

samedi 17 novembre 2012
par  Yves CORBEL (Abbé)
popularité : 1%

JPEG - 12.6 ko « En 1960-1962, j’étais vicaire à Ploubalay. J’avais comme curé Francis Barbu, qui deviendra évêque de Quimper. Puis ce fut l’abbé Félix Josselin avec qui j’avais participé à la JAC (Jeunesse d’Action Catholique).

Lorsque je suis entré à St Ilan (école des « vocations tardives ») à 24 ans puis à Quintin, on sentait déjà que l’Église devait évoluer.

Il faut dire qu’avant le Concile, nous étions en « chrétienté ». Être chrétien allait de soi. Le prêtre nous apparaissait comme un homme « séparé ». il portait la soutane, les offices étaient en latin …

L’évêque à l’époque était un « prince » de l’Église, devant qui on ployait le genou et baisait l’anneau.
Les fidèles ne participaient pas à la vie de la paroisse, ni à l’animation de la liturgie.
Il y avait cependant les « conseillers » qui étaient dans le chœur le dimanche et faisaient la quête. Il faut dire qu’à l’époque, il y avait abondance de prêtres et dans toutes les paroisses des vicaires qui s’occupaient des jeunes ou faisaient l’école et le caté.

Le catéchisme était un condensé de questions-réponses à apprendre par cœur et avait lieu le jeudi et le dimanche.

JPEG - 6.6 ko Ayant participé comme responsable à la JAC, avec les jeunes et les aumôniers, nous étions en désir et en attente de changements dans l’Église. Le Concile a été pour moi comme une « bouffée d’air frais », une Église ouverte au monde et proche des gens et de la vie.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF