Préparez la route, car Il vient !

(Is 40,1-11)
vendredi 14 décembre 2012
par  Marie-Aimée ROUAUX
popularité : 2%

La période de l’Avent enrichit la liturgie de beaux textes du Prophète Isaïe. Ce sont des textes prophétiques, dits messianiques, qui annoncent le Messie, et qui, dans une lecture chrétienne, sont chargés d’une signification toute particulière qui préparent nos cœurs à la venue de Jésus-Messie.
Je m’attarderai plus spécialement sur le chapitre 40 d’Isaïe, soit la deuxième partie du Rouleau d’Isaïe qui court des chapitres 40 à 55, appelée le Livre de la Consolation, à cause de la Parole de consolation du verset 1 qui donne le ton à tout le Livre :

« Consolez, consolez mon peuple » dit le Seigneur

En effet, à la Parole de Jugement des chapitres 1 à 39 répond une Parole de pardon, de réconfort et d’édification. A la désolation, répond la Parole d’espérance :

« Le Seigneur vient ! »

La Parole de Dieu, annoncée par son prophète, s’adresse à Sion-Jérusalem (Is 1,9 ; 40,10) qui reçoit l’heureuse nouvelle de la venue de son Dieu (45,13).
Le verbe hébreu, sous jacent au verbe consoler, signifie aussi réconforter, remettre debout.
Dans le 1er verset du chapitre 40, la répétition du verbe « consoler », renforcée par un temps à l’impératif et à l’intensif, indique un appel pressant à la consolation, non pas une simple compassion, mais le terme va dans le sens d’une restauration du peuple, d’une édification.
Le Seigneur Dieu vient pour notre restauration, notre édification, au sens fort étymologique.
Avec la tradition juive, le Messie est le Consolateur, le Menahem,
Dans une relecture chrétienne du texte prophétique, Jésus-Messie, par sa venue chez les hommes de son temps et de tous les temps, incarne la Parole de Consolation.
Il enverra l’Esprit, appelé dans l’Evangile de Jean, le Paraclet, du mot grec « parakletos », qui traduit l’hébreu « menahem », le Consolateur (cf Jn 14,16 - 1 Jn 2,1).

L’exégèse d’Isaïe 40, principalement des versets 1 à 11, fait apparaître les différents thèmes du message du prophète :

Une double mission pour le peuple :
Apporter la consolation et préparer la venue du Seigneur. Il y a urgence, les fautes sont pardonnées, le passé est révolu. De nouvelles valeurs vont surgir, il faut se tourner vers l’avenir.

S’appuyer sur la Parole de Dieu qui se réalise en temps voulu et demeure (se dresse).

Fragilité de l’homme et puissance de Dieu.
L’efficacité de la parole n’est pas entravée par la faiblesse humaine.

Signe et manifestation de Dieu :
La Gloire du Seigneur va se manifester par la puissance de sa Parole mise en œuvre.

Sion-Jérusalem est appelée à être la messagère de la bonne nouvelle. Cette mission lui est donnée malgré sa fragilité. Elle est appelée à porter très haut, à partir de Jérusalem, la Bonne Nouvelle (connotation de victoire) de la Venue du Seigneur qui apporte avec Lui sa « récompense », une libération physique et intérieure.

Les caractères messianiques du Message du Prophète Isaïe apparaissent dans cette relecture attentive : Qui est Dieu pour le Prophète, comment va se manifester le Messie, ce qui va changer ….
Les textes liturgiques de l’Avent et de Noël nous donnent, en tant que chrétiens, cette joie de reprendre ces vieux textes qui sont toujours Parole vivante pour aujourd’hui et sujets d’approfondissement de notre foi qui reconnaît, dans les signes donnés par le prophète, la figure de Jésus, le Messie, le Sauveur que le monde attend.
Préparons nos cœurs, car Il vient ….


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF