Soyons contents de nos soldes !

jeudi 10 janvier 2013
par  Kerprat
popularité : 1%

Avant d’être au pluriel, le mot solde est singulier.

Singulier à plus d’un titre … car il est masculin ou féminin, c’est selon.
Au masculin, le solde, à la banque, c’est la différence entre l’actif et le passif, ce que chacun consulte au bas de son relevé bancaire. Il vaut mieux qu’il soit positif.
Employé au pluriel, et c’est le moment tant attendu des acheteurs, les soldes sont le moment propice aux bonnes affaires. L’actualité nous inonde de propositions alléchantes : de 40 à 70 % de réduction, voilà qui fait du bien, en tout cas moins de mal au porte-monnaie. Si c’est bon pour le moral de la ménagère, vivent les soldes.

Mais solde est aussi féminin.
Du temps de César déjà, les militaires percevaient une solde, ils pouvaient acheter du sel, c’était une solde salaire. Puisqu’ils touchaient une solde, on les appelait soldats.
Un officier avait donc à sa solde les soldats qui eux étaient à la solde de leurs supérieurs.
Aujourd’hui être à la solde de quelqu’un est plutôt négatif, cela sous-entend une combine.

Devant des soldats qui venaient se faire baptiser au Jourdain, Jean le Baptiste les invitaient à « se contenter de leur solde  »(Luc 3) ; on ne peut qu’y souscrire, si cette solde est juste et bien adaptée aux contraintes et dangers encourus.

A nous aujourd’hui, en période de crise de nous contenter des soldes !
A l’heure du bilan devant le Miséricordieux, notre solde sera, on l’espère, positif ou positive.


Portfolio

JPEG - 26.9 ko JPEG - 9.3 ko

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF