Questions à … Trois religieuses

« Notre choix de vie nous procure le bonheur »
mercredi 30 janvier 2013
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

La journée de la vie consacrée se déroulera le 2 février.
A cette occasion, les congrégations ouvriront les portes de leurs communautés.

Nous avons rencontré trois religieuses de la Congrégation des Filles du St Esprit :

  • Sœur Thérèse Le Denmat est responsable de la Communauté du Légué
  • Sœur Marie-Thérèse Guého de la Communauté de Plérin-Centre
  • Sœur Solange séjourne quelques jours dans le diocèse avant de retourner au Cameroun.

Quelle est actuellement l’importance de la Congrégation ?
Les Filles du St Esprit sont aujourd’hui 1038 dans le monde. Nous sommes 773 en France et 287 dans le diocèse de St Brieuc-Tréguier. Depuis 3 ans, il n’y a pas eu de sœur à prononcer des vœux perpétuels en France.
En Afrique, la situation est différente (une centaine de sœurs). Les communautés s’agrandissent, chaque année, d’une quinzaine des sœurs. En France, les sœurs ont en général plus de 65 ans. Au Cameroun, elles ont moins de 50 ans.

Quel est le profil des novices en France ?
Là aussi, la situation a beaucoup changé. Notre génération prononçait ses vœux avant 25 ans. Aujourd’hui, l’âge moyen des novices est de 33 ans. La plupart ont un niveau supérieur à Bac+3 et une bonne pratique des langues étrangères. La grande majorité (73 %) ont eu une activité professionnelle (en moyenne 6 ans), un engagement social et une expérience à l’étranger. Les aspects déterminants dans le choix d’une vie religieuse sont divers : vie communautaire et de prière, équilibre de vie, silence et solitude, belles liturgies et parole de Dieu …

Comment se déroule la formation ?
Après 6 mois à 1 an de postulat, la période de noviciat dure 2 ans. Durant la seconde année, les novices réalisent 2 stages en communauté (en France et à l’étranger). Elles prononcent des vœux temporaires et poursuivent ensuite leur formation théologique (biblique et religieuse) pendant 6 ans. L’engagement perpétuel n’intervient donc qu’après 8 à 10 ans de réflexion et de formation. Les sœurs sont ensuite affectées à une mission qui est déterminée dans le cadre d’un dialogue qui tient compte de leurs souhaits, des besoins des communautés et des exigences professionnelles.

Comment sont déterminées les missions de la Congrégation ?
Tous les 6 ans, nous avons un Chapitre réunissant les déléguées des Filles du St Esprit des différents pays. Elles déterminent les axes de travail des prochaines années. Une fois par an, nous avons une journée de Province (Côtes d’Armor et Morbihan) où nous retenons un axe du Chapitre. Pour 2012-2013, le thème est le suivant :

« Se laisser conduire par l’Esprit en consentant au réel de nos vies »


Il s’agit notamment de partager, d’être solidaires vis à vis des autres unités et de les accueillir telles qu’elles sont.

Chaque communauté a ensuite une mission particulière :

Le Légué et Plérin sont des lieux-sources de la Congrégation et nous avons une mission d’accueil des sœurs, des Associés à la Congrégation, des Membres de la Branche Séculière qui veulent vivre un retour aux origines.

L’insertion sociale est notre deuxième mission et plusieurs sœurs participent à des associations comme le Secours Catholique ou Emmaüs. Nous soutenons aussi des projets en association avec d’autres, là où nos sœurs sont insérées. C’est par exemple le cas de l’aide aux enfants bakas (une population méprisée) au Cameroun ou de la promotion d’une éducation communautaire aux enfants, adolescents et femmes dans des villages de migrants, au Pérou.

La troisième mission concerne la vie de la paroisse à travers différents services : liturgie, accompagnements divers, accueil pour l’Eucharistie à l’oratoire de la communauté, accueil à l’église du Légué le dimanche après-midi.

Quels messages souhaitez-vous transmettre ?
« La vie consacrée repose sur une expérience de foi, sur la rencontre personnelle avec Dieu. Nous essayons de vivre l’Évangile ensemble, à la suite de Jésus et à la manière de nos Fondatrices ! Notre choix de vie nous procure du bonheur. Cela vaut le coup de donner sa vie pour l’Évangile. La confiance en Dieu et en son amour peut combler une vie ».
Nous recevons notre mission de la Congrégation et nous pouvons ensuite, au sein de notre communauté, chercher le chemin à plusieurs et inventer des moyens nouveaux pour annoncer l’Évangile. La vie consacrée s’enracine dans la consécration baptismale. C’est une vie pour Dieu et pour les autres. En étant présents et ouverts aux différentes détresses, nous essayons de poursuivre le projet de notre fondatrice, Marie Balavenne.

Soeur Marie-Thérèse Guého a prononcé ses vœux en 1962. Elle a enseigné l’allemand jusqu’en 1987 tout en vivant en communauté en Bretagne et à Rouen. Après 2 années de formation pastorale catéchétique à Paris, elle s’est engagée en pastorale, en paroisse et auprès des étudiants à Rennes, jusqu’en 2002. Elle a ensuite participé à la formation des postulantes et à l’aumônerie des étudiants à St Brieuc. Elle est membre de la communauté de Plérin depuis 2006. Les 4 sœurs, toutes retraitées, sont engagées dans la vie paroissiale, le Secours Catholique, le suivi de groupes de chrétiens et le Tutorat à l’Ecoles des Catéchètes.

Sœur Thérèse Le Denmat a également prononcé ses vœux en 1962. Après ses études d’infirmière et une formation en théologie à Rennes, elle a travaillé 25 ans en tant qu’infirmière en Côtes d’Armor. Elle désirait aller en mission, elle fut envoyée en Amérique latine (Chili, Pérou) après avoir suivi une formation en Castellano. Pendant 13 ans, dans le cadre d’une communauté internationale, elle s’est investie dans la santé notamment dans la formation et l’accompagnement d’agents pastoraux ainsi que le suivi de groupes solidaires dans des quartiers très pauvres. A son retour, en 2011, elle a accepté une mission dans le lieu-source de la Congrégation, au Légué. Les sœurs ont une mission d’accueil, de présence auprès de gens seuls. Les 14 sœurs de la communauté y participent, chacune à sa manière.

Sœur Solange a prononcé ses vœux en 1961. Elle a travaillé à l’Hôpital de Ploërmel en tant qu’aide- soignante puis elle a répondu à une demande venant du Cameroun, avec une mission d’animation sanitaire dans les villages. Elle y restée 17 ans. Après 1 an de formation à Angers, elle est retournée au Cameroun, dans d’autres diocèses. Elle a participé à la création d’un centre pour accueillir les filles forcées au mariage. En 2012, avec le concours d’ONG, a été créé un centre d’hébergement des enfants bakas. Dans quelques jours, à 74 ans, elle retourne au Cameroun, pour une durée de 2 ans.

La journée de la vie consacrée du 2 février
L’objectif de la journée est de promouvoir la vie consacrée, de « donner à sentir la vie religieuse ». Les communautés de la paroisse Notre Dame de la Mer ouvriront leurs portes, de 14h30 à 17h30, le samedi 2 février.

Quatre communautés sont présentes dans la paroisse Notre Dame de la Mer Plérin-Pordic :

  • Les deux communautés des Filles du St Esprit du Légué et de Plérin-Centre.
  • Les sœurs de la Providence de Ruillé-sur-Loir présentes à Pordic (7, rue des écoles).
  • Les soeurs Spiritaines présentes à Plérin (Rue du roselier)

Plus sur la paroisse d’Etables sur Mer :

  • Les Filles des Saints Cœurs de Jésus et Marie à St Quay Portrieux.
    (3 et 5 rue Jeanne d’Arc )

Une messe Communautaire aura lieu le samedi 2 février à 18h00 à Pordic.
Du 27 janvier au 2 février, la prière journalière de RCF (Radio Clarté 100.6) sera effectuée par un groupe de religieuse et frères.
Par ailleurs, le 13 avril, aura lieu un rassemblement de la vie religieuse et des jeunes au sanctuaire de Querrien.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF