1932-2012 L’église de Saint Laurent a 80 ans

mercredi 30 janvier 2013
par  Anne NEILLO, Patrick BEGOS
popularité : 2%

Le 22 décembre 2012, les paroissiens ont fêté le 80e anniversaire de l’église de Saint Laurent. Malgré la perte de son clocher, cette église se dresse fièrement sur les hauteurs du Mont Velin et accueille les messes du samedi soir, les obsèques et les mariages.
C’est en 1932 que cette église a remplacé l’ancienne chapelle datant du début du XVe siècle qui était trop petite pour accueillir les paroissiens du quartier le plus peuplé de la commune. Il fallait prévoir une nouvelle église. Dès 1925, on profita de la fête patronale et des kermesses pour lancer les bases financières du projet. L’achat des terrains au Mont Velin fut acté le 19 septembre 1928, pour une superficie totale de 1 ha 42 partagée entre l’Association Diocésaine et l’Association des chefs de famille de Plérin.

St Laurent devient paroisse
Le 25 mars 1931, par décret de Mgr Serrand, St Laurent devient paroisse, à la demande de l’abbé Fourchon. L’Abbé Bréhamet en fut le premier recteur. Il donna à la paroisse tout ce qu’il possédait, sa maison et 45 000 F qui devaient aider à la construction de l’église. Grâce à lui, la paroisse avait un presbytère. Le 31 mai, il décéda subitement.
Le terrassement commence sur la butte du Mont Velin en 1932. Pendant 2 mois, des hommes de bonne volonté mettent leur dévouement à enlever la terre et les pierres. Ils travaillent tous les jours par équipes de 7 à 8. Les travaux de construction commencent le 8 avril 1932, sur les plans de l’architecte Le Breton.

Bénédiction en 1932
Le 8 mai 1932, la première pierre est bénie par Mgr Serrand. L’Evêque arrive à St Laurent à 15h00. « Toute la paroisse l’attendait », précisent les archives. « Après le salut du Saint Sacrement dans la vieille chapelle, la procession se dirigea vers le Mont Velin. Dans son allocution, Mgr Serrand félicita et remercia la foule considérable massée devant lui ». Tout le monde participe à la construction (même les écoliers !). Le sable est acheminé de la plage par les charrettes des agriculteurs.
Le 19 décembre 1932, l’église est bénie par l’évêque. Les travaux sont ensuite suspendus faute d’argent. Il manque le clocher, le revêtement intérieur, les trois autels, … Les travaux reprendront en 1935 pour se terminer trois ans plus tard. L’ancienne chapelle a été détruite en 1933.

Des années 1950 à 1997
Dans les années 1950, deux messes sont célébrées le dimanche, à 8 heures et 10 heures. Y assistent environ 24 hommes et 200 femmes. D’autres travaux sont entrepris en 1974. En 1996, on ne sonne plus les cloches pour annoncer la messe et les événements heureux ou malheureux de la vie, à cause de la fragilité du clocher. Les vibrations entraînées par le mouvement des cloches pourraient le faire tomber. La construction est en béton armé, avec du sable marin, salé, qui a rongé les fers à béton. Face au coût des réparations, la commission de sécurité conseille la démolition de la flèche. Les travaux débutent en janvier 1997, pour 3 semaines. Saint Laurent perd ainsi son clocher.

St Laurent aujourd’hui
La population du quartier n’a cessé de croitre, atteignant environ 4 500 habitants. Saint Laurent est aujourd’hui l’un des 5 relais de la paroisse Notre Dame de la mer Plérin-Pordic. Une messe est célébrée le samedi soir, trois fois par mois, ainsi que des mariages, des baptêmes, des obsèques. Un groupe de jeunes s’y retrouve tous les 15 jours pour une prière collective. D’autres soirées de prière y sont également organisées, ainsi que l’Eveil à la foi des tout-petits.
Construite après 1905, l’église est la propriété de l’Association Diocésaine. Elle est mise à disposition de la paroisse. Depuis 2011, des travaux ont permis la remise en état du clocher, la programmation des cloches, l’installation du chauffage, les peintures intérieures. D’autres travaux sont à venir : réfection de la grande porte et réhabilitation des vitraux … en fonction des moyens financiers disponibles.

Des vitraux de toute beauté
Dans le chœur, le vitrail central représente La Cène. Dès l’entrée, on est saisi par les couleurs vives, dans la pénombre. Le Christ debout, visage grave, tenant la coupe du sacrifice, est vêtu de draperies très claires. Les Apôtres sont groupés autour de la table, avec des gestes recueillis et des visages fervents. En s’éloignant du Christ, les couleurs deviennent de plus en plus vives. Judas s’enfuit drapé dans un manteau violet. Ce vitrail a été réalisé par les ateliers Charles Lorin de Chartres. L’artiste a puisé son inspiration aux meilleures sources, dans les vitraux de la cathédrale de cette ville.
Deux autres vitraux retiennent l’attention dans le transept. A droite, Le martyr de St Laurent et à gauche, le vitrail de l’Annonciation, réalisé « en souvenir des soldats et des marins de St Laurent de la mer, morts pour la France, pendant la guerre 1914-1918 ».

St Brieuc bénissant la côte
Le vitrail de St-Brieuc bénissant la côte se distingue par sa modernité. Arrivant dans la baie , en vue des côtes de St-Laurent, (Le Roselier se détache à l’horizon), Saint Brieuc, debout dans la barque, droit dans son manteau de bure, trace de la main un geste de bénédiction. Chaque ligne s’inscrit exactement parmi les autres, les plombs soulignent et accentuent les détails. Les planches du canot, les plis du manteau du saint, les vagues ont chacun leur couleur.
Les autres vitraux (Saint Jean Baptiste et Saint Paul, Sainte Thérèse jetant des roses, Sainte Jeanne d’Arc et Saint Vincent de Paul, Saint Yves et Sainte Anne, Saint Pierre et Saint Joseph) méritent également l’attention du visiteur. L’église de Saint Laurent contient également quelques statues. Une vieille statue de Saint Laurent a été trouvée dans les fondations de l’ancienne chapelle. Une autre statue représente le saint, avec son gril. La statue de la vierge couronnée, assise avec l’enfant Jésus est de toute beauté.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF