Témoignage de Soeur Solange Jegorel

de la Communauté des Filles du Saint Esprit de Plérin Centre
jeudi 7 février 2013
par  Communauté Pastorale du Littoral Ouest
popularité : 1%

Témoignage de Sr Solange Jégorel

Je suis religieuse depuis 1961. J’ai travaillé comme aide-soignante à Ploermel et à Ancenis ; puis j’ai répondu à un appel pour aller en mission au Cameroun.
J’y suis depuis 36 ans et y retourne en mars prochain.
Pendant mon séjour à Plérin, j’ai été heureuse des diverses rencontres que j’ai faites ; Ma grande joie est d’avoir demeuré dans la maison où ont vécu Marie Balavenne et les sœurs qui se sont jointes à elle, lorsque la Maison de Charité du Légué fut devenue trop petite.
Au fil des années, la graine semée ici, il y a plus de 300 ans, s’est développée en Bretagne d’abord, puis en d’autres régions de France , en Belgique, Hollande, Angleterre, aux Etats-Unis, au Chili, au Pérou, puis en Afrique.
Les premières sœurs sont arrivées en 1954 au Cameroun, à la demande d’un évêque pour la Mission dans l’extrême-nord où j’ai vécu 33ans ; nous y avons œuvré au niveau de la santé, de l’ éducation, de la pastorale avec le souci du développement intégral de ce peuple .
Petit à petit, des jeunes filles africaines sont venues nous rejoindre.
Elles sont aujourd’hui, une centaine de Filles du Saint Esprit présentes dans trois pays : Nigéria, Burkina Faso et Cameroun. Et notre Famille Filles du Saint-Esprit s’est aussi enrichie d’une cinquantaine de laïcs associés à la Congrégation.
En 2008, un évêque du diocèse de Batouri, dans l’est du Cameroun, a sollicité les Filles du St Esprit pour venir dans la Paroisse de Mbang. Nos responsables ont répondu à cet appel . C’est là que je suis depuis 2 ans, avec 3 autres soeurs .
Après un temps d’observation et de réflexion, nous avons opté pour l’éducation des jeunes filles victimes de la prostitution, la prévention et les soins des enfants dénutris et la scolarisation des enfants Baka (Pygmées : population peu reconnue et exploitée)
En 2009, nous avons commencé en accueillant 9 enfants et en 2011-2012, ils étaient 38 … 25 seulement ont terminé l’année scolaire : en effet, l’appel de la forêt est fort : les enfants veulent suivre leurs parents pour la chasse et la pêche … au détriment de l’assiduité scolaire …
Les enfants que nous accueillons à la communauté, sont scolarisés soit à l’école bilingue (anglais-français) de la commune, soit à l’école de la Mission.
Les locaux devenant insuffisants, il a fallu construire un hébergement plus grand. Nous avons reçu l’aide de 2 ONG et apprécié la participation active de la SFID (entreprise forestière française présente sur place). Et depuis septembre 2012, les enfants apprécient d’être dans les locaux neufs inaugurés le 30 juin …

Dans une semaine, je quitte la « Mère-Maison » de Plérin où j’ai eu la chance de me reposer et de vivre en communauté dans un climat fraternel ; j’ai apprécié aussi, à l’Eucharistie du dimanche et sur semaine, de prier avec les membres de la communauté paroissiale.

Un merci fraternel à chacun !

Après ce temps fort vécu ensemble, nous nous sentirons encore plus solidaires et plus unis dans la Mission universelle.


Voir le site : Filles Saint Esprit - Hébergement enfants M bang Cameroun

PS :

Légende photo : (de gauche à droite)
Soeurs : Yvonne Roudaut, Marie-Thérèse Guého, Marie Caroff, Solange Jégorel, Marie-Thérèse Le Floch.


Portfolio

La Communauté des Filles du Saint Esprit de (...)

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF