Méditation pour un temps de Carême …

mardi 19 février 2013
par  Marie-Aimée ROUAUX
popularité : 2%

Y a-t-il en chacun de nous une part d’incroyance ?
Que dit la Bible sur l’incrédulité du « croyant » ?

L’histoire du peuple de Dieu n’est pas étrangère à notre monde d’aujourd’hui, en pleine mutation, en plein bouillonnement d’idées et d’évènements, de violences et de confusion, ce monde qui nous renvoie comme en écho ces deux questions :

Dieu existe-t-il ?


Et si oui, est-Il à l’œuvre en ce monde ?

L’hebdomadaire catholique La Vie, dans son numéro du 31 janvier 2013, souligne l’évolution de la société vers un athéisme pluriel avec cette question :

« L’athéisme aurait-il le vent en poupe ? »


On pourrait le croire, mais pourtant, il y a aussi de plus en plus de personnes, jeunes et moins jeunes, qui font l’expérience inoubliable, mystérieuse, et en même temps combien tangible, de cette Présence vivante de Dieu venu à leur rencontre au plus intime d’eux-mêmes. Bien des témoignages en font foi.
Que Dieu soit présent à notre vie, c’est une expérience, une conviction et une relation, qui ne peuvent que transformer notre mode de vie et de pensée pour le meilleur de notre humanité. Mais ce n’est pas sans combat, sans souffrance même, étant confrontés chaque jour au monde de l’incroyance, à l’indifférence ou à la dérision, voire même à l’ hostilité.

Que dit la Bible ?

Les Écrits bibliques, et particulièrement les Psaumes, montrent que des hommes et des femmes qui ont adhéré au Dieu de l’Alliance, à la suite des Patriarches, ont été confrontés à l’incroyance de leurs contemporains.
Le mot « incroyance » nous renvoie à deux autres termes :

  • « agnostique », qui professe que ce qui dépasse les apparences sensibles est inconnaissable.
  • « athée  », qui nie l’existence de Dieu (a-thée, sans dieu).

Lorsqu’il est question d’incroyance dans la Bible, il ne s’agit pas de l’athéisme de celui qui professe : « Il n’y a pas de Dieu », en hébreu : « yen Elohim », mais plutôt : « Dieu n’est pas présent - Il n’y a pas de sauveur  », c’est-à-dire, Dieu existe mais il n’intervient pas dans la vie des hommes.
C’est cette forme d’incroyance qui dénie la Présence vivante et active de Dieu, que fustigent les Prophètes et dont les Psaumes font écho.
Au Psaume 42, le psalmiste exprime douloureusement l’attitude de ses proches qui ironisent sur sa foi au Dieu de la vie :
«  Jour et nuit, mes larmes sont mon pain,
quand on me dit chaque jour : « Où est-il ton Dieu ?
 »

Dans le Psaume 81, Dieu se plaint de l’incrédulité et de l’infidélité de son peuple : « Mon peuple n’a pas écouté ma voix ! Ah ! si seulement mon peuple m’écoutait ! ». Remarquons que ce n’est pas l’humanité tout entière qui est admonestée dans ce Psaume, mais bien le peuple de Dieu ….

Nous trouvons dans l’Epître aux Hébreux, cette très belle exhortation :
« Prenez garde, frères, qu’aucun de vous n’ait un cœur que l’incrédulité détache du Dieu Vivant, mais encouragez-vous les uns, les autres… ».

Nous pouvons, en effet, nous poser la question pour nous-mêmes :
Quelle part d’incroyance, d’incrédulité, y a-t-il en chacun de nous, au sein même de notre foi ?
« Mais qui es-tu, ô mon Dieu ?
Comment toujours mieux te connaître,
Te laisser grandir en moi,
au pays de la connaissance et de la foi,
dans une communion d’amour
 ».


Portfolio

JPEG - 35.9 ko JPEG - 26.4 ko JPEG - 13.7 ko

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF