Il n’y a pas de Pâques sans Vendredi Saint !

samedi 30 mars 2013
par  Jean MABUNDI (Abbé)
popularité : 1%

Une enquête évoquée récemment par Marie-Laure Rochette de l’ISPC (Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique / Université Catholique de Paris) indique que 50% des pratiquants catholiques en France ne croient pas à la résurrection. Il ne s’agit que d’une enquête - qui peut avoir ses limites mais qui peut aussi être révélatrice d’un malaise dans l’expression de la foi vécue.
Ce malaise est à lire dans une question très courante : “ de quoi le Christ nous a-t-il sauvés ? ”.
Lorsqu’avec nos lunettes sombres nous ne regardons que ce qui ne va pas, ce qui baisse, ce qui se vide, ce qui semble sans éclat… nous ne lèverons pas le regard sur ce qui se transforme.
Une des réponses se trouve dans le récit de la Transfiguration que l’Eglise nous a proposé au deuxième dimanche du carême de l’année liturgique en cours.
Jésus voit que ses disciples commencent à avoir peur ; eux qui ont tout quitté pour le suivre, ils sentent les menaces qui pèsent sur leur Maître. Ses détracteurs, pharisiens, scribes grands prêtres, tous les “ bienpensants ” le méprisent.
Les trois que Jésus amène sur une haute montagne, le Thabor, montagne de la Transfiguration, sont les mêmes que nous retrouverons sur le Mont des Oliviers, la montagne de l’angoisse. Il s’agit de Pierre, Jacques et Jean.
Sur la montagne de la Transfiguration, Jésus veut leur donner des raisons d’espérer, des raisons de veiller et de rester éveillés. Il est transfiguré par son Père. C’est un instant de grande joie. Ces trois piliers dans les rangs des apôtres sont comblés de voir Jésus en prière, dans toute sa gloire et dans toute sa splendeur. Son visage est brillant et ses vêtements sont blancs comme la lumière. “ Il est heureux que nous soyons ici, dit Pierre ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Elie ”. Le Père de Jésus, notre Père, nous adresse ce message par le biais de Pierre, Jacques et Jean : “ Celui-ci est mon Fils bien aimé. Ecoutez-le ”.
Par cette expérience que Jésus fait vivre à ses apôtres, ces derniers peuvent comprendre que ni les difficultés, ni les menaces, ni la haine des adversaires, ni la souffrance, ni la trahison … rien de tout cela ne peut empêcher la joie de l’amour que Dieu nous donne. Au-delà de la sueur de sang au jardin de Gethsémani, des crachats et des fouets, de la couronne d’épines et de la Croix du Vendredi Saint, il y a le dimanche de Pâque.
Un Exode éclatant ! Un Passage manifesté ! L’Amour inconditionnel et incommensurable de Dieu pour son Fils et pour nous qui sommes appelés à l’écouter.
Au-delà de tout ce qui nous défigure, les mensonges, les guerres, les jalousies, les violences, les égoïsmes … il y a un homme radieux et rayonnant qui dit la face de Dieu. En écoutant Jésus, nos vies peuvent être une préfiguration de la Gloire de Dieu. Sa Pâque est et sera la Pâque de toute l’humanité. Son mystère est notre mystère !
Bonnes Pâques à tous.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF