En route pour Rome, en vélo

mardi 21 mai 2013
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

Relier Plérin à Rome, en quelques années, c’est ce que veut faire un groupe de jeunes lycéens. Volontaires et pleins de fougue, ils cogitent et s’organisent, avant d’enfourcher leur vélo et d’aller à la rencontre des autres.

L’idée est un peu folle : relier, en vélo, Plérin à Rome, via Assise. Elle enthousiasme un groupe de jeunes de la Communauté Pastorale Etables/Notre Dame de la Mer qui travaille sur le projet depuis quelques mois.

JPEG - 46.3 ko Ils s’appellent Korentin, Maxime, Aude, Anne-Gaëlle, Aurélien, Pierre Yves, Ambre, Lucie, Antoine, Elise … et Ansleigh, néo-zélandaise en séjour d’études à Saint Brieuc pour 11 mois.
Encadré par Florence Roussel et le Père Loïc Le Quellec, le groupe pourrait encore s’agrandir dans les semaines qui viennent .

 Un grand pèlerinage

Ces jeunes de 16 à 17 ans sont lycéens, en première ou en apprentissage. Plusieurs font partie d’une équipe MEJ. D’autres sont scouts à St Brieuc (3e Beaumanoir).

D’où est venue cette idée d’un camp vélo ? Le déclic s’est produit il y a 2 ans à Lourdes, lors d’un pèlerinage d’ados. Quelques participants ont lancé l’idée de faire un grand pèlerinage, entre jeunes. Le groupe de lycéens a repris le projet à son compte.
« Après la confirmation de 2012, nous avons continué à nous retrouver. Plusieurs idées ont fusé et nous avons retenu le camp vélo. Le groupe s’est ensuite étoffé progressivement, par relations. Il cherche un nom, peut-être » Bicychris « , et a déjà trouvé son logo ».

L’objectif d’aller à Rome est enthousiasmant, avec l’idée de pouvoir participer à une audience papale. La récente élection du pape François a renforcé la dynamique des jeunes pour leur projet.

Mais Rome, c’est loin. Ils ne verront pas le pape cette année. Le parcours de 1 700 km serait étalé sur plusieurs années. Il nécessite la traversée de la France, le franchissement des Alpes et un long parcours en Italie, avec de nombreuses côtes et de la sueur en perspective.

 Vie de groupe solidaire

« Notre objectif est de participer à une vie de groupe solidaire, dans le respect les uns des autres », confient les jeunes. « Ce n’est pas une compétition sportive, ni la recherche d’une performance physique. Nous avons retenu une distance moyenne de 50 km par jour, en pensant à ceux qui n’ont pas l’habitude du vélo. La solidarité, c’est aussi s’adapter à la vitesse des plus lents ».

Les jeunes veulent vivre une démarche fraternelle et spirituelle pour approfondir leur vie chrétienne et découvrir le patrimoine des lieux d’étape. « Nous souhaitons, dans la mesure du possible, rencontrer d’autres jeunes dans les paroisses où l’on s’arrêtera. Nous voulons faire du vélo dans un esprit de partage, en récoltant des fonds pour une ou plusieurs associations (Secours catholique, Resto du cœur, Emmaüs ou La Croix-Rouge) ».

Pourquoi pas un appel au financement kilométrique par les paroissiens ?

 Plérin- Angers en 2013

Le projet devrait s’étaler sur 4-5 ans, peut-être plus, à raison d’une semaine par an. Il faut en effet faire face aux contraintes, même si la partie administrative a été confiée au Service diocésain des Pèlerinages .
« Pour ne pas être soumis aux contraintes de Jeunesse et Sport, il ne faut pas dépasser 4 nuits par camp », explique Florence Roussel. " En 5 jours, nous pourrons parcourir 250 km par an. Ce sera le cas en 2013.
Nous devrons peut être revoir ce fonctionnement, car à ce rythme, il faudrait au moins 7 ans pour arriver à Rome !
" Le retour se fera en train.
▪▪▪
Pour 2013, les jeunes ont retenu le trajet Plérin-Angers, en partant du presbytère, le lundi 8 juillet pour un retour le vendredi 12 juillet. « Nous avons prévu 4 étapes, autour de Broons, Vézin-Le-Coquet, La Guerche-de-Bretagne et Le Lion d’Angers  ».

Comment se déroulera une journée-type ?

« Levés à 6h30, nous démarrerons la journée par un temps spirituel et un moment de prière entre 7h30 et 8h00  », expliquent les jeunes.
« Puis, nous roulerons entre 8h00 et 13h00. Après le déjeuner, un temps de repos et la liaison quotidienne avec la radio (RCF), nous souhaitons consacrer l’après-midi à des rencontres locales de jeunes, de paroissiens, de religieuses … »
Les discussions permettront de partager et de relire le thème spirituel de la journée, avant d’effectuer une balade culturelle et de participer à la messe à 18h00.

Les jeunes ont prévu de dormir sous la tente ou de loger dans les presbytères, les collèges ou chez les religieuses. Une camionnette suivra les cyclistes et transportera les bagages, durant la semaine.

« Il reste encore beaucoup de détails à régler mais les jeunes se sont pris en main en constituant des commissions chargées de l’intendance, de la communication, de l’itinéraire, de la cuisine  », souligne Florence Roussel.

Une commission culture et foi préparera le temps spirituel de chaque jour et les découvertes culturelles.

Trois en un

Ce camp permettra de rencontrer les autres, en faisant du sport, sous le signe de la Foi.
Un jeune résume malicieusement cet objectif par une formule connue « le 3 en 1 ».

Ce projet devrait aussi permettre aux jeunes de découvrir le sens d’un pèlerinage. Se fixer un but, se mettre en marche pour rencontrer Dieu et tout faire pour y arriver, même si parfois, ce n’est pas facile. Il faut souvent se dépasser. Les temps forts de fin de journée, entre jeunes de même âge, dans un ambiance festive, donneront l’occasion de prendre conscience que l’on ne croit pas seul.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF