La modernité de Saint Yves

jeudi 6 juin 2013
par  Patrick BEGOS
popularité : 2%

Le 19 mai, Tréguier et toute la Bretagne ont vénéré Saint Yves dont le message est toujours d’actualité.

Tréguier a été fondée par un moine, Saint Tugdual, disciple de Saint Patrick, qui en fut le premier évêque.
Huit siècles plus tard, un autre saint accroît la notoriété de la capitale du Trégor : Yves Hélory de Kermartin, prêtre, juge et avocat, d’une telle probité que les pèlerins vont, dès sa mort, affluer sur son tombeau.

Yves Hélory est né à Minihy-Tréguier en 1253. Il est mort là, à deux kilomètres de Tréguier, le 19 mai 1303.
Ses parents, petits nobles bretons comme il y en avait tant, l’envoient faire ses études à l’Université à Paris. Il se met ensuite au service des plus pauvres au manoir de Kermartin. Celui-ci devient alors le fief des déshérités et leur hospice de prédilection. Tout en pratiquant l’amour de son prochain, Yves éclaire par ses homélies, conseille et rend une justice pacifiante.

 La concorde et la paix

La réputation de sainteté d’Yves se manifesta à son enterrement, suivi par toute la population. A son tombeau, les guérisons fleurissaient et les Ducs de Bretagne firent des démarches pour sa canonisation qui eut lieu 40 ans après sa mort. Au procès de canonisation, un témoin rapporte qu’Yves ne fait juger qu’une affaire sur trois, les deux autres faisant l’objet d’une conciliation. C’est dire la modernité de son action dans une période où l’on fait la promotion des modes alternatifs de règlement des litiges. Médiation, arbitrage, transaction ont le mérite de pacifier davantage, plus vite et à moindre frais.
Un témoin d’Yves Hélory souligne : « Dans l’exercice de sa fonction, il se comporta de manière juste et sainte. Il rendit à chacun une rapide justice, sans jamais porter atteinte au droit de quiconque, ni faire de discrimination entre les personnes. Autant qu’il le pouvait, il rétablissait, entre les plaideurs, la concorde et la paix".

 La dignité des personnes

Lors de la création du Fonds St Yves, Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes fait remarquer : « Sa douceur dit quelque chose de l’homme et du prêtre qu’il fut. Par la qualité de son discernement, il sut établir la concorde et la paix entre les personnes, en raison de leur dignité. Les personnes vulnérables n’ont bien souvent comme trésor – méconnu – que leur dignité. C’est pour cela qu’Yves Hélory a manifesté un amour extrême pour les plus vulnérables, car il y discernait, sans doute de façon la plus lumineuse qui soit, la beauté de la dignité humaine ».

Aujourd’hui, Saint Yves est le patron des avocats, non seulement en Bretagne mais dans toute la France et bien au-delà. C’est à cela que nous devons le caractère international de son « pardon ». Le message de Saint Yves conserve donc une grande actualité.

 Le Fonds St Yves

Le Fonds Saint Yves a été créé en février 2013. Il a pour objet d’engager, de soutenir et de conduire toute activité d’intérêt général visant à diffuser et pérenniser l’héritage spirituel, juridique et caritatif légué par Saint Yves, prêtre, juge, avocat et ami des pauvres.


Voir le site : Pardon de St Yves le 19 mai 2013

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF