La Chapelle Sainte-Marguerite à Pordic

jeudi 4 juillet 2013
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

A la création de Binic, dans les années 1820, plusieurs chapelles de cette nouvelle commune disparurent.

La plus importante, sur le port, devint la Mairie, et rue sainte-marguerite, la chapelle dédiée à Sainte Marguerite fut également détruite.

Elle faisait partie de Pordic, et plusieurs mariages, voire inhumation y furent célébrés, comme en attestent les reproductions des archives jointes.

Le culte ancien rapporté d’Orient par les Croisés, a été une des saintes médiévales des plus populaires. Il suffit d’évoquer la vénération que Jeanne d’Arc portait à celle qui fut, avec saint Michel et sainte Catherine, l’une des « Voix » inspiratrices et secourables. Il fut semé tout le long de l’itinéraire de Marseille au Léon.

Dans le passé, les femmes qui venaient invoquer Marguerite devaient se conformer à certains rites. Par exemple, à la chapelle Sainte-Marguerite de Collorec, les femmes qui craignaient d’être stériles faisaient trois fois le tour de l’édifice par l’extérieur. Entrées dans le sanctuaire, certaines allaient se frotter le ventre à un pilier particulier à l’angle du chœur et de la nef.

Pordic se trouvant sur l’axe Rennes-St Pol de Léon, eut donc sa chapelle Sainte-Marguerite. Le cadastre napoléonien en indique la localisation.

Lors de travaux au désormais 42 bis rue Sainte-Marguerite, une quarantaine de pierres de taille (62 x 82cm) furent exhumées par le tractopelle. Par chance une a pu être conservée et exposée dans un jardin limitrophe. Elle sera bientôt fleurie, conservant un pieux souvenir de cette sainte.


Portfolio

JPEG - 35.5 ko JPEG - 473.5 ko
Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF