« Avoir les moyens … mais ce n’est qu’un moyen »

lundi 23 septembre 2013
par  Bernard BLOYET (abbé) (†)
popularité : 1%

Homélie du 25° Dimanche C. St Quay -Tréveneuc

Serions-nous des possédés, des esclaves ?

Nous cherchons souvent à gagner de l’argent, au-delà de nos besoins réels ! mais avec l’illusion que plus notre compte en banque grossira, plus nous aurons le sentiment d’exister, voire, comble de la méprise, d’être heureux. En fait c’est l’argent que nous possédons qui nous possède ! Le toujours plus, fait de nous des obsédés, des accrocs à l’argent, des esclaves de la fortune.
Amos, le petit prophète de la première lecture l’avait bien compris. Nous sommes aux environs de 746 avant J. C. Amos est éleveur de bétail non loin de Bethléem, dans le Royaume du Sud. Il faut savoir que depuis 200 ans, le peuple Juif est partagé en deux royaumes : celui de Judas ayant Jérusalem pour capitale, et Celui de Samarie ou Royaume du Nord devenu très prospère. Le commerce fonctionne et les banques font des affaires. Seuls les petits paysans doivent s’endetter pour survivre.

Amos est envoyé dans le royaume du Nord, comme prophète, pour parler au nom de Dieu.
On peut dire que ce royaume avait acquis la structure économique de notre temps. Nous connaissons bien les bienfaits et les méfaits d’un développement économique rapide. Certains cherchent à en profiter au maximum, sans s’inquiéter de ceux qui restent au bord de la route et qu’ils exploitent et, parfois, réduisent en esclavage.
Notre époque nous donne des exemples de ces abus : les 33 mineurs bloqués au fond d’une mine au Chili peuvent nous rappeler que l’on fait des économies dans la sécurité pour augmenter les profits et que des hommes risquent d’en mourir.
On peut aussi penser à la marée noire sur les côtes des Etats-Unis qui a pour causes, des coupes dans les dépenses de sécurité.
Amos peut revenir et clamer à notre temps : « Écoutez ceci vous qui écrasez le pauvre pour anéantir les humbles du pays. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent  » L’argent devient une idole. On n’est plus libres, on devient esclaves.
Ni Amos, ni Jésus n’étaient des naïfs. Ils savent tous deux que les hommes ont besoin de revenus pour vivre. Jésus gagnait son pain par son travail à Nazareth. Il ne condamne pas l’argent à condition qu’il soit, non un objectif, mais un moyen.
L’intendant de l’Évangile est un filou. Il est intelligent. Il se sert de l’argent comme un moyen de sortir de la situation que son licenciement lui impose. Malheureusement ce qu’il donne aux débiteurs de son maître n’est pas à lui. Alors on est peu gêné quand Jésus fait son éloge. Mais cet éloge nous oblige à réfléchir sur le sens de la parabole, sans nous bloquer sur des détails. Une parabole est une histoire destinée à proposer une leçon et une seule. Pour donner cette leçon unique il suffit que la parabole soir édifiante sur le point visé et uniquement sur ce point.
Certes le gérant n’est pas édifiant par toute sa conduite, mais on peut affirmer que cet homme a su trouver, sur le point le plus important, un comportement astucieux. Placé dans une situation difficile, le gérant fait preuve d’intelligence pour s’en sortir.
Paysan ? non
Mendiant ? non
Il choisit les hommes. Il aurait pu partir avec la caisse. Non il fait confiance à la reconnaissance des hommes qui pourront le recevoir chez eux ;
Le message de Jésus est clair : les fils de ce monde sont plus habiles dans leurs affaires que les enfants de lumière.
Chrétiens faites confiance, non seulement aux Hommes, mais à Dieu. Placez votre argent, faites-le servir aux autres et vous trouverez un trésor dans les cieux. Avant qu’il ne soit trop tard, avant que la gérance de biens matériels ne nous soit enlevée par la mort, dépêchons-nous d’employer habilement ce que nous possédons, pour nous créer un trésor bien placé sur l’autre rive.
« Le suaire n’a pas de poches » dit l’Égyptien, « On n’a jamais vu un coffre-fort suivre un corbillard » dit l’Israélien. « On n’a pas intérêt à être le plus riche du cimetière  » dit-on chez nous. Et Jésus conclut nos réflexions de sagesse : «  Vous ne pouvez pas à la fois servir Dieu et l’argent  »


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF